Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


21 juillet 2005 / 01h54
- La Charte de la Diversité

Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à
[(1) Rapport « Les oubliés de l’égalité des chances » Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie, Janvier 2004]
Cette initiative a, depuis, fait son chemin. La Charte a suscité l’intérêt de plusieurs grandes entreprises qui ont directement contribué à sa rédaction dans le cadre de l’AFEP. Soucieuses d’éviter les déclarations d’intention dénuées d’effet, elles se sont attachées à examiner les conséquences concrètes, en interne, de la mise en œuvre de la Charte.
Considérant qu’elles « sont l’un des vecteurs les plus importants de l’intégration », le plan gouvernemental de cohésion sociale invite les entreprises à adopter la Charte de la diversité comme une « base propre à permettre la mobilisation de tous les employeurs » pour « promouvoir des collaborateurs d’origine diverse ».
A ce jour, quarante dirigeants d’entreprises s’engagent à œuvrer pour refléter, aux différents niveaux dans leur entreprise, la diversité de la société française, notamment sa diversité ethnique et culturelle.

Charte de la diversité dans l’entreprise
Favoriser le pluralisme et rechercher la diversité au travers des recrutements et de la gestion des carrières est un facteur de progrès pour l’entreprise. Une telle démarche contribue à son efficacité et à la qualité de ses relations sociales. Elle peut avoir un effet positif sur l’image de l’entreprise vis-à-vis de ses clients, de ses prestataires extérieurs et de ses consommateurs, en France et dans le reste du monde.
La Charte de la diversité adoptée par notre entreprise a pour objet de témoigner de notre engagement, en France, en faveur de la diversité culturelle, ethnique et sociale au sein de notre organisation.
En vertu de cette charte, nous nous engageons à :
1. Sensibiliser et former nos dirigeants et collaborateurs impliqués dans le recrutement, la formation et la gestion des carrières aux enjeux de la non–discrimination et de la diversité.
2. Respecter et promouvoir l’application du principe de non–discrimination sous toutes ses formes et dans toutes les étapes de gestion des ressources humaines que sont notamment l’embauche, la formation, l’avancement ou la promotion professionnelle des collaborateurs.
3. Chercher à refléter la diversité de la société française et notamment sa diversité culturelle et ethnique dans notre effectif, aux différents niveaux de qualification.
4. Communiquer auprès de l’ensemble de nos collaborateurs notre engagement en faveur de la non–discrimination et de la diversité, et informer sur les résultats pratiques de cet engagement.
5. Faire de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique de diversité un objet de dialogue avec les représentants des personnels.
6. Inclure dans le rapport annuel un chapitre descriptif de notre engagement de non–discrimination et de diversité : actions mises en oeuvre, pratiques et résultats.

Exposé des motifs
Une charte de la diversité, pour quoi faire ?
L’égalité en droits de tous les citoyens est assurée par notre Constitution. Pourtant, nombreux sont les citoyens issus de l’immigration, parfois hautement qualifiés, qui ne parviennent pas à accéder à un emploi, alors que leurs camarades de promotion y parviennent assez rapidement. Un « plafond de verre » bloque l’ascension sociale de nombre de nos concitoyens, discriminés à raison de leurs patronymes, de leur couleur de peau ou de leur lieu de résidence. Ils sont exclus de pans entiers de la sphère économique et de la vie publique. Nous discriminons, le plus souvent sans le savoir.
Si les composantes de la société française sont diverses, cette diversité doit se retrouver aux différents échelons de la société, y compris les plus élevés. C’est une question de justice, d’intérêt national et c’est même un enjeu économique.
La Charte de la diversité dans l’entreprise repose sur une idée simple. Nos entreprises ont intérêt à refléter la diversité de la société dans laquelle elles sont implantées. De la même façon que la mixité hommes/femmes au travail est, de fait, un facteur de dynamisme social et un stimulateur de performances, la diversité relève non pas de la compassion mais bien de l’intérêt économique et social de l’entreprise.
Dans d’autres pays, les entreprises qui ont placé la gestion de la diversité au cœur de leur stratégie, sont conscientes que la diversité dans nos sociétés est devenue un avantage tant sur le plan économique que social, dont l’impact se fait sentir sur la créativité et la compétitivité des entreprises.
L’origine ethnique ne sera jamais « le » critère pour obtenir un emploi. Notre action vise à lutter contre les discriminations, pas à en ajouter de nouvelles. La Charte cherche seulement à compenser un certain nombre de handicaps devant l’emploi dont souffrent nombreux candidats issus de l’immigration : absence du capital culturel, social, éloignement des réseaux, si importants dans la recherche d’un emploi. L’engagement de l’entreprise en faveur de ces candidats ne se conçoit qu’à qualifications égales. Il cherche à valoriser la compétence, et rien d’autre.
Pour ce faire, nos entreprises doivent dépasser les réflexes de confort, de prudence ou de conformisme, qui freinent le recrutement des diplômés issus des minorités visibles, puis leur promotion dans l’entreprise. Dans cette optique, elles doivent au plus vite formaliser et valoriser leurs engagements en faveur de la Charte de la diversité, pour ouvrir l’accès à l’élite aux candidats maghrébins, noirs ou asiatiques, et leur permettre de faire valoir leurs compétences et leurs talents.
Les signataires de la charte décriront au bilan social annuel de l’entreprise la liste des actions menées pour réaliser la diversité et atteindre l’équité véritable.
La Charte est un message fort, le gage d’une ouverture, une promesse claire en faveur de la non–discrimination et de la diversité en France. Cette promesse est une avancée importante, mais elle ne suffira pas. Nous devons trouver les moyens d’une évaluation fiable, pour mesurer l’efficacité des pratiques inclusives mises en œuvre au titre de la charte.
Ni quotas rigides et discriminatoires, ni simple « bonne volonté » vouée à l’échec, la charte de la diversité est la première étape vers une démocratie pluraliste, attachée à la lettre, mais plus encore à l’esprit de notre héritage républicain.
Claude BEBEAR Yazid SABEG

Liste des entreprises signataires
Sous l’égide de l’Institut Montaigne
En partenariat avec
CJD (Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise)
ANDCP (Association Nationale des Directeurs et Cadres de la fonction Personnel)
IMS (Institut de Mécénat de Solidarité)
E&P (Entreprise & Personnel)
qui s’engagent à promouvoir la Charte auprès de l’ensemble de leurs membres
40 entreprises se sont déjà engagées à signer
la Charte de la Diversité dans l’Entreprise
Accor
Adecco
Adia
Airbus
Air Liquide
Arcelor
A.T. Kearney
Axa France
BNP Paribas
CCF
CS Communication & Systèmes
Caisse des Dépôts et Consignations
Canal Plus
Carrefour
Club Méditerranée
Groupe Casino
Deloitte
Dexia
France Telecom
France Télévisions
IBM
Ikea
Lafarge
NEF
Noos
Pernod Ricard
PPR
PSA Peugeot Citroën
RATP
Rhodia
SAGEP
Serda
Servia Informatique
Schneider Electric
SNCF
Société Générale
Sodexho
Stream
Total
Groupe Vedior France

Liste des personnes présentes signataires
Pierre BELLON, PDG de Sodexho
Bertrand COLLOMB, Président de Lafarge
Charles-Henri FILIPPI, PDG de CCF
Jean-Luc GAIDON, PDG de NEF
Louis GALLOIS, PDG de la SNCF
Sitou GAYIBOR, DG de SERVIA INFORMATIQUE
Louise GUERRE, DG de Serda
Jean-Louis JOLY, DG d’Adia
Henri LACHMANN, PDG de Schneider Electric
Patrick LELEU, PDG de Noos
Anne LE STRAT, PDG de la Sagep
Philippe MARCEL, Président d’Adecco
Bertrand MEHEUT, PDG de Canal Plus
François PIERSON, Président d’Axa France
Yazid SABEG, Président de CS Communication & Systèmes
Marc TESSIER, PDG de France Télévisions
Serge WEINBERG, Président du directoire de PPR
Patrice ZYGBAND, VP & Managing Director A.T. Kearney
et,
Jacques BEAUCHET, Directeur des ressources humaines groupe, Carrefour
Thierry BOURGERON, Directeur des ressources humaines, groupe Casino
Vincent CASSIGNEUL, Directeur de Cabinet du Président, Airbus
Pascal CREPIN, Direction des relations avec le personnel France, Air Liquide
Yves DESJACQUES, Directeur général délégué aux ressources humaines, Vedior
Charlotte DUDA, Directrice des ressources humaines, Stream
Catherine FERRANT, Directeur de la diversité et de l’innovation, Total
Bernard-Franck GUIDONI-TARISSI, Directeur des ressources humaines, groupe Dexia
Jacques KHELIFF, Directeur du développement durable, Rhodia
Cathy KOPP, Directeur général des ressources humaines, groupe Accor
Christine PETIT, Diversity Manager Program, IBM
Jean-Louis PIERQUIN, Directeur des ressources humaines, Arcelor
Alain PONS, Directeur général délégué, Deloitte
Josette THEOPHILE, Directeur général adjoint innovation sociale, RATP
Jean-Luc VERGNE, Directeur des relations et ressources humaines,
groupe PSA Peugeot–Citroën

Les partenaires de la charte de la diversité
Le Centre des Jeunes Dirigeants d’Entreprise (CJD)
Le Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise est une association qui, depuis 1938, rassemble des chefs d'entreprise et cadres dirigeants animés par la commune conviction que l'économie doit être au service de l'homme et que la finalité économique de l'entreprise est indissociable de sa finalité sociale et humaine. Le CJD est un Mouvement patronal qui ne cherche pas à défendre les intérêts d'une catégorie, mais à promouvoir des idées nouvelles et à accompagner dans sa mission tout dirigeant conscient de ses responsabilités envers l'entreprise, les hommes et des femmes qui la composent et de la société dans laquelle elle s’inscrit.
C'est pourquoi dans toute la France, les 2 300 Jeunes Dirigeants forment un réseau où la réflexion, la formation et l'expérimentation sont autant d'outils pour un même engagement : construire l'entreprise par et pour les hommes.
Les deux tiers des membres du CJD sont des dirigeants de Petites et Moyennes Entreprises (PME).
Contact : Samuel Douette, 01 53 23 92 50.
L’Association Nationale des Directeurs et Cadres de la Fonction Personnel (ANDCP)
L’ANDCP regroupe plus de 4 000 professionnels de la fonction RH qui s'attachent à promouvoir une certaine vision de la gestion des ressources humaines : donner toute sa place à l'homme pour améliorer les performances des organisations privées et publiques.
L’ANDCP a pour vocation de rendre service à ses adhérents avec l’objectif de développer leur professionnalisme et d’échanger les bonnes pratiques, de promouvoir la contribution de la fonction RH à l’amélioration de la performance des organisations publiques et privées et d’être une instance de propositions auprès des pouvoirs publics et des partenaires sociaux sur tous les sujets qui concernent la pratique professionnelle de ses adhérents.
Les adhérents se retrouvent pour échanger sur les sujets d’actualité du domaine des ressources humaines au sein de 80 groupes régionaux répartis sur toute la France et au sein de commissions thématiques nationales.
Contact : Charlotte Duda ou Pascal Bernard, 01 56 88 18 28.
L’Institut de Mécénat de Solidarité (IMS)
Créée en 1986 par un groupe de chefs d’entreprise, l’association IMS–Entreprendre pour la Cité encourage l’engagement des entreprises dans une politique qui favorisent la responsabilité sociétale, la cohésion sociale et le développement des territoires où elle est implantée. L’IMS s’implique très activement dans la promotion de la non–discrimination et de la gestion de la diversité et s’est engagé dès 2002 aux côtés d’Adecco, d’Adia, du FASILD et de la DPM dans le projet européen « Latitude » (mené dans le cadre du programme communautaire « Equal » et cofinancé par le FSE).
Avec son réseau de 120 entreprises, l’IMS développe aujourd’hui un programme spécifique sur la gestion de la diversité (qui inclut la non–discrimination), et accompagne les entreprises dans la mise en place de politiques de prévention des discriminations et de gestion de la diversité. À ce titre, l’IMS multiplie les occasions d’échange entre entreprises, développe des outils de diagnostic et de pilotage, et des outils de sensibilisation et de formation.
Contact : Alexandra Palt, 01 43 87 84 85.
Entreprise & Personnel (E&P)
Entreprise & Personnel a pour vocation d’accompagner les entreprises dans le développement et la diffusion de leur savoir–faire en matière de gestion économique et sociale du capital humain, dans un esprit de progrès, de responsabilité et de performance globale tant dans le contexte français qu’international de leurs activités.
Depuis plus de 35 ans, près de 200 entreprises adhérentes – et d’autres de manière plus ponctuelle – sont accompagnées dans leur réflexion, leurs prises de décision et implémentations en matière de gestion des ressources humaines par l’équipe d’E&P. Persuadée que la gestion de la diversité constitue une source encore peu exploitée de création de valeur, E&P choisit de promouvoir la Charte de la Diversité et l’opportunité qu’elle procure tant à l’entreprise qu’à la société.
Contact : Paul Schiettecatte, Directeur général, 01 46 09 43 00.


Source : Direction de la population et des migrationsActualisation : 22 octobre 2004Mise en ligne : 4 novembre 2004
http://www.social.gouv.fr/htm/pointsur/discrimination/charte221004_1.htm




Haut de page Article rédigé par E.Y - Source : http://www.social.gouv.fr/
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net