Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > colonisation et peuples colonisés, expatriés
 
COLONISATION ET PEUPLES COLONISÉS, EXPATRIÉS  Imprimer   Envoyer par mail
 


12 décembre 2005 / 09h46
- Colonisation : Sarkozy pour un "devoir de réconciliation"

NOUVELOBS.COM | 11.12.05
C'est ce qu'affirme Nicolas Sarkozy dans une tribune publiée dans le JDD. Il reconnaît que "le Parlement n'a pas à écrire l'histoire".

Dans un contexte de polémique sur la loi du 23 février 2005 reconnaissant le "rôle positif" de la colonisation, Nicolas Sarkozy estime dimanche 11 décembre que celle-ci "fait partie de notre histoire", mais qu'elle "appartient au passé et il revient aux historiens de dire ce qu'elle a été".
Dans une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche, le ministre de l'Intérieur ne dit rien sur une éventuelle abrogation de la loi, mais comme l'avaient fait avant lui le Premier ministre et le chef de l'Etat, il reconnaît que "le Parlement n'a pas à écrire l'histoire". "Il a en revanche l'obligation de la connaître et de la regarder en face, ne serait-ce que pour éviter la répétition du mal", poursuit-il.
Le président de l'UMP soutient d'ailleurs l'initiative de Jacques Chirac qui a confié à Jean-Louis Debré une mission sur l'action du Parlement dans les domaines de l'histoire et de la mémoire. "Je souhaite que ce travail permette la réconciliation de chacun avec notre histoire commune", affirme-t-il.

"Repentance systématique"

"On assiste au développement en France chez certains individus, et parfois même au sein de l'Etat, à une tendance irrépressible à la repentance systématique", déplore-t-il toutefois. "Je ne peux m'empêcher de penser que notre société est menacée d'une funeste inclination au reniement de soi. Finira-t-on, un jour prochain, par s'excuser d'être Français?", s'interroge-t-il.
Evoquant "la campagne polémique et les procès en sorcellerie lancés par la gauche et l'extrême gauche", il dit ne pas croire "qu'instrumentaliser la souffrance d'autrui soit la meilleure façon de lui témoigner de la considération". "Mais je perçois bien l'intérêt que d'aucuns essaient d'en retirer", ajoute-t-il.
"Une nation qui ne s'aime pas ne risque pas d'être en mesure d'affronter l'avenir avec les meilleures chances, ni de résoudre ses problèmes d'intégration", souligne également le ministre de l'Intérieur, qui a reporté son déplacement aux Antilles suite à la polémique sur la colonisation. "La France est un grand pays, parce qu'elle a une grande histoire.
(...)
POUR LIRE LA SUITE
http://permanent.nouvelobs.com/politique/20051211.OBS8422.html



Haut de page Article rédigé par Y.M - Source : nouvelobs.com
 

- L'Afrique doit prendre son avenir en main
Diplomatie. Souleymane Cissé, cinéaste malien, analyse les relations entre la France et le continent. Par Thomas HOFNUNG Libération, samedi 03 décembre 2005


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net