Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Peuples en esclavage
 
PEUPLES EN ESCLAVAGE  Imprimer   Envoyer par mail
 


2 mai 2006 / 15h39
- Communiqué de presse du CRAN sur la commémoration du 10 mai

Ce projet avait été mis en oeuvre avec la Ligue de l'enseignement, la Ligue des Droits de l'Homme, SOS Racisme et Trace TV.
Il s'agissait d'inviter des artistes engagés, et de diffuser des séquences vidéo sur l'esclavage, sur Toussaint Louverture, sur le commandant Delgrès, des entretiens avec Aimé Césaire, Maryse Condé, des jeunes et des moins jeunes d'aujourd'hui. Le tout, place de la Bastille, pour commémorer la fierté des esclaves qui se sont libérés.

Le projet avait reçu un avis très favorable du Comité pour la mémoire de l'esclavage, dirigé par Maryse Condé, et il était activement soutenu par Christiane Taubira, qui s'est battue jusqu'au bout pour qu'il puisse aboutir. Il s'agit là de personnes dont la compétence sur les questions liées à la mémoire n'est plus à démontrer.

Le CRAN et ses partenaires se sont démenés, et nous avons fini par obtenir de plusieurs institutions publiques des subventions pour un montant total de 170 000 Euros. Cela permettait de faire cette action publique pour célébrer l'abolition de l'esclavage, en faisant passer un message fort pour la jeunesse de ce pays en particulier, et pour tous nos concitoyens en général.

Malheureusement, certains ont lancé une campagne de dénigrement, diffusant même des images du carnaval de Rio, et d'autres plus ou moins obscènes, pour affirmer que tel était notre projet pour le 10 mai. Pouvait-on sérieusement croire que Madame Taubira, Madame Condé, la Ligue des droits de l'Homme et tous les autres soutenaient un « carnaval » ou une « bamboula » pour célébrer le 10 mai ?

Cette campagne de mauvaise foi, relayée par des personnes de bonne foi, mais manipulées malgré elles, a fini par payer. Les pressions exercées sur les bailleurs (certains sont même allés jusqu'à menacer d'envoyer des casseurs lors de cette manifestation culturelle!) ont été efficaces, et l'Etat, trop content d'avoir une bonne excuse pour ne rien faire le 10 mai, a finalement retiré sa subvention. Moralité, il n'y aura aucun événement d'importance nationale pour célébrer l'abolition de l'esclavage cette année. Le 10 mai a donc été instrumentalisé pour régler des comptes, et certains préfèrent priver la nation tout entière d'une grande action culturelle en mémoire de l'esclavage, pourvu que cela puisse nuire au CRAN. Mais est-ce bien le CRAN qui pâtit de tout cela ?

Depuis la création du CRAN, les attaques les plus vives ont été formulées. Nous avons été accusés d'avoir une logique « d'apartheid », d'être proches « du Ku Klux Klan et de Jean-Marie Le Pen » etc. Est-ce bien sérieux ? Par la suite, certains ont également appelé (en vain) au boycott des Etats Généraux des populations noires organisés le 29 avril dernier à la Mutualité. Aujourd'hui, on tente de saboter le projet d'envergure que soutenait Madame Taubira elle-même, et désormais, certaines menaces d'agressions physiques sont parfois formulées. Jusqu'où ira-t-on ?

Devant le spectacle navrant de ces manoeuvres et de ces divisions, nous tenons à dire et à redire que malgré les divergences d'appréciation qui peuvent exister, nous ne sommes pas de ceux qui cherchent à insulter, à avilir ou à dénigrer. On s'en persuadera aisément en nous lisant ou en nous écoutant. Nous cherchons à construire, et non pas à détruire. Nous cherchons le dialogue, et non pas l'invective. Nous cherchons l'union, et non pas la discorde. Nous savons tous le prix de la désunion, et c'est cela qui a permis si longtemps de dominer les Noirs de France. A qui profitent ces divisions sempiternelles, constamment entretenues ?

Pour notre part, nous restons sereins, conformes à notre politique, soucieux d'ouverture et de respect, en faisant appel aux hommes et aux femmes de bonne volonté. Cet esprit, du reste, est de mieux en mieux compris par tous, par les partis politiques, par les médias, par la société civile et notamment par les Noirs de France eux-mêmes, qu'ils viennent d'Afrique ou des DOM TOM (comme le révèle le récent sondage publié dans Le Monde, montrant que 83% des domiens soutiennent la création du CRAN). Si autrefois la négritude a pu réunir Césaire et Senghor, l'Antillais et l'Africain, nous croyons que cet exemple illustre que nous essayons de promouvoir permettra de renforcer la solidarité, pour que les forces de l'esprit et de l'intelligence triomphent des forces de la discorde et du ressentiment.

http://www.lecran.org/news_detail.php?id=162


Haut de page Article rédigé par Y.M - Source : http://www.lecran.org/
0
 

- Marche silencieuse le 9 Mai à Nantes
05/05/2006 Le Collectif « Marche des Esclaves » vous invite "en tenue d'esclaves"

- Un Mémorial à l’abolition de l’esclavage a Nantes en 2006
Un mémorial à l’abolition de l’esclavage ouvrira au public à la fin 2006, sous la forme d’un cheminement méditatif sur et sous le quai de la Fosse. Une passerelle en bois sera aménagé sous le quai avec des textes inscrits sur des parois en verre. Lors du

- ESCLAVES NOIRS EN MEDITERRANEE
Jean-Michel DEVEAU Texte intégral


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net