Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


6 novembre 2008 / 14h00
- Pour les Africains-Américains, l'impensable s'est produit

Charlton McIlwain est professeur à l'université de New York (NYU), il y dirige le laboratoire de recherche "Races et politique". Mercredi 5 novembre, LeMonde.fr
Dès la victoire de Barack Obama annoncée, l'évêque noir de Géorgie, T. D. Jakes, les larmes aux yeux, a évoqué son grand-père assassiné dans des violences racistes et a parlé du "plus grand jour de l'Amérique depuis la fin de la ségrégation". Sur la chaîne NBC, un journaliste noir, brusquement, n'arrivait plus à commenter, la voix étranglée. Pour les Africains-Américains, ce "moment" est-il exceptionnel ?

Evidemment : il est historique. Des gens ont passé des vies entières à penser qu'un jour pareil n'arriverait jamais. Même lorsque Barack Obama s'est déclaré candidat, il y a presque deux ans, et jusqu'au dernier moment, beaucoup pensaient encore que ce serait impossible aux Etats-Unis. Dès l'annonce de sa victoire, j'ai appelé des amis : leur émotion était inouïe. L'impensable s'était produit.

Mais ce moment n'est pas historique que pour les Noirs : dans tout le pays, partisans et adversaires d'Obama ont la sensation qu'un événement exceptionnel, un instant "transformationnel" vient de se produire.

Quel peut être l'impact de cette victoire sur les relations interraciales aux Etats-Unis? Nous vivons aussi de symboles, et celui-ci est extrêmement fort. C'est l'Amérique telle qu'on a toujours voulu qu'elle soit qui a émergé dans ce scrutin. Elle donne un signal très puissant en faveur des idéaux de justice, d'égalité raciale. Pour beaucoup, et pas seulement les Africains-Américains, c'est toute la notion d'identité nationale qui est modifiée, redéfinie. Mais il y a aussi un risque d'impact négatif. Une fois l'euphorie passée, beaucoup de gens jugeront ce qu'accomplira Obama à travers le prisme racial.

Que ses décisions soient perçues comme bonnes ou mauvaises, on les liera aussi à la couleur de sa peau. Or l'attente d'énormément de gens à son égard est très élevée. Mais la politique est l'art du possible. On ne peut pas tout résoudre d'un coup. Des segments de la population seront forcément déçus. Et plus on aime, plus la déception amoureuse génère de colère. Pour lui, le risque est là.

M. Obama est connu pour ne pas être un chaud partisan de la discrimination positive. S'il prenait des mesures pour réduire sa dimension raciale ou ethnique au profit de critères sociaux, par exemple, cela susciterait-il une hostilité parmi les Noirs américains ?

Cela heurterait beaucoup d'entre eux, et plus encore nombre de leurs dirigeants. Parce que beaucoup fondent leur carrière sur la base de la représentation des intérêts raciaux ou ethniques. Beaucoup réagiraient en disant : "Mais que croit-il? On ne l'a pas élu pour ça." Or effectivement, M. Obama entend "surmonter" les affrontements ethniques et raciaux, faire sortir les Etats-Unis du "racialisme", qui est si prégnant.

Sur des questions comme la déségrégation, la carte scolaire, la reconstruction de La Nouvelle-Orléans, ses décisions seront scrutées de très près par les dirigeants et les activistes noirs. Des gens comme le révérend Jesse Jackson ou le révérend de New York Al Sharpton s'opposeront vigoureusement à toute velléité de remplacer les critères raciaux par des critères sociaux.

http://fr.news.yahoo.com/64/20081105/twl-pour-les-africains-amricains-l-impen-acb1c83.html?printer=1



Haut de page Article rédigé par E.Y - Source : lemonde.fr
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net