Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Traces juives en Afrique
 
TRACES JUIVES EN AFRIQUE  Imprimer   Envoyer par mail
 


5 septembre 2010 / 20h54
- MASHAV ou un aspect méconnu d’Israël.

Cela fait plus de 50 ans que le ministère des Affaires étrangères d’Israël participe au développement de pays en voie de développement dans des domaines essentiels .
Une action humanitaire exceptionnelle mise en lumière dans une exposition à la Mairie du IIIème à Paris organisée par le B’Nai B’rith Ben Gourion avec le Maire.

Pour ne prendre qu’un exemple, Israël a multiplié par douze sa production agricole en 40 ans. Un « miracle israélien » dû à « l’élaboration de méthodologies sophistiquées comme des technologies révolutionnaires en matière d’irrigation, une meilleure gestion de l’eau, des semences plus résistantes ou performantes. » Tout cela souvent dans « des conditions semi-arides ou arides » ce qui va de pair avec la « lutte contre la désertification, des stratégies de culture et de commercialisation pour les fermes de petites surfaces. »
Autre terrains d’expertise israéliens, celui de la médecine, on le sait, ou de la haute technologie.
Il y a aussi en Israël tout un travail fait pour développer les entreprises ou favoriser l’insertion des femmes.
Bref, toute une expertise acquise au fil des ans et de l’excellence de recherches. Expertise qu’Israël met au service de pays en voie de développement. Plus d’une centaine de pays depuis plus de 50 ans. Avec de nombreuses collaborations avec des ONG ou des organismes comme l’ONU ou la Banque Mondiale .

C’est ainsi que des équipes israéliennes travaillent avec des équipes locales en Afrique, par exemple, notamment en Côte d’Ivoire, ou en Amérique latine comme au Pérou, en Europe de l’Est en Roumaine ou en Bulgarie par exemple. En Asie comme au Vietnam, par exemple, où des centres médicaux ont été installés par MASHAV.
D’autres équipes de MASHAV forment des ressortissants de pays en voie de développement dans des centres en Israël ou sur place, puis les suivent lorsqu’ils se mettent au travail chez eux, assurant une formation à leur tour.
Ainsi des médecins ou des infirmières reçoivent une formation complémentaire allant de la santé publique à la médecine d’urgence en passant par la pédiatrie dans la Faculté de médecine de Tel Aviv. Et puis il y a ces centres médicaux spécialisés dans les problèmes de vue. Au Kazakhstan, au Soudan, en Micronésie ou en Mauritanie.

Ce sont 200.000 personnes qui ont été formées ainsi à ce jour et le contact est maintenu grâce à 70 Clubs Shalom répartis dans le monde.

La Mairie du IIIème propose une exposition pour faire découvrir ce Centre de Coopération Internationale du ministère des Affaires étrangères israélien, grâce au Maire, Pierre Aidenbaum, et au B’Nai B’Rith Ben Gourion. Jusqu’au 18 septembre. Renseignements 01 53 01 75 45

MASHAV :quand Israël aide au développement

MASHAV, c’est un programme israélien exceptionnel d’aide au développement des pays émergents. Une exposition lui est consacrée à la Mairie du III ème à Paris

On le sait trop peu : en dépit de toutes les difficultés aux quelles est confronté l’État Hébreu, depuis 50 ans il met son expertise au service de pays en voie de développement. Cent huit pays et des milliers de participants en ont bénéficié jusqu’ici sur le long terme. Dans des domaines tels que la productivité, la diversité agricole, la purification de l’eau, la prévention de la désertification, l’insertion des femmes, l’initiative commerciale ou l’utilisation de micro crédits. MASHAV, Centre de Coopération Internationale du ministère des Affaires étrangères israéliens, ce sont aussi de nombreux dispensaires ou missions médicales.
Le Maire Pierre Aidenbaum et le B’nai B’rith Ben Gourion en font découvrir l’énorme intérêt dans une exposition. Nombre d’ambassadeurs de pays concernés ont assisté à son inauguration. Une organisation anti-israélienne y voit un « outil de propagande. »

HKL.

Hélène Keller-Lind  dimanche 5 septembre 2010

Mairie du III ème à Paris. Jusqu’au 18 septembre.

Hélène Keller-Lind  dimanche 5 septembre 2010

Mairie du III ème à Paris. Jusqu’au 18 septembre.




Haut de page Article rédigé par .A - Source : sewa
 

- Les Juifs du Mali,
par Jacob Oliel


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net