Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Les Juifs Noirs
 
LES JUIFS NOIRS  Imprimer   Envoyer par mail
 


26 novembre 2010 / 01h07
- Israël se mobilise pour l\'immigration des derniers Falash Mura d’Ethiopie

dimanche 21 novembre 2010, par Antoinette Bremond
Depuis que, en juillet 2010, la ministre de l’Intégration, Sofa Landver, est revenue de son voyage en Ethiopie organisé pour « se faire une opinion personnelle » sur la situation de ces Falash Mura* groupés dans des camps de transit… que s’est-il passé dans les coulisses de la Knesset ? Quelle sera la décision du gouvernement ? Que deviendront ces 8700 Falash Mura qui attendent ?

Le dimanche 14 novembre, lors de sa réunion hebdomadaire, le conseil des ministres a décidé de mettre fin à cette attente, et de faire venir en Israël 7846 Falash Mura. Considérés comme ayant droit à l’immigration en Israël, 600 immigreront dans les prochains mois, puis 200 par mois sur une période de 3 ans. Les camps de transit de Congar seront alors démantelés et le terrain restitué à la ville. Cela marquera la fin de l’immigration des Juifs d’Ethiopie. Toute personne désirant plus tard monter en Israël devra suivre le processus habituel des Juifs du monde entier.

« Nous avons le devoir moral, en tant que Juifs et peuple d’Israël, de trouver une solution à ce problème » a déclaré le Premier ministre au cours de la réunion gouvernementale. Le rabbin Shlomo Amar, grand rabbin sépharade d’Israël, a pour sa part approuvé la liste des Falash Mura. Le directeur général du Département de l’Immigration et de l’Intégration à l’Agence Juive a déclaré qu’il fallait saisir cette occasion exceptionnelle et régler une fois pour toutes cette question.

Déjà à Congar, les 7846 Falash Mura désignés devront suivre des cours intensifs sur le judaïsme et, à leur arrivée en Israël, se plier aux exigences du rabbinat.
La décision est historique et courageuse, le gouvernement mesure également l’enjeu posé par ces nouveaux arrivés et leur intégration. « Sommes-nous prêts à les accueillir ? » se demande l’éditorialiste du Jérusalem Post du 17 novembre. Le centre d’Intégration de l’Agence Juive s’occupera du logement et de l’éducation, le ministère de l’Intégration fera également sa part. De nombreuses associations israéliennes et étrangères sont également prêtes à s’impliquer pour que ces Ethiopiens des montagnes s’intègrent à la société israélienne du 21ème siècle.
Mais cela ne suffit pas pour faire face aux nombreux problèmes d’ordre social et éducatif qu’ont rencontrés ceux qui les ont précédés.

Actuellement une proportion importante de cette communauté vit encore dans la pauvreté. Environ 50 000 Israéliens d’origine éthiopienne sont assistés pas les services sociaux. Les problèmes dus à la différence de culture et à la discrimination raciale sont loin d’être résolus. Il faudrait aussi parler des Israéliens d’origine éthiopienne ayant des diplômes et n’arrivant souvent pas à trouver leur place dans la société.

Comment améliorer l’immigration de ces nouveaux arrivants en tenant compte des erreurs du passé ? Depuis des années, le ministère de l’Intégration propose d’allouer une somme importante qui règlerait le problème. En février 2008, la somme proposée de 800 millions de shekels (160 00 euros) fut approuvée. Mais, l’année suivante, le ministre des Finances décida de partager cette somme avec d’autres ministères. Ce serait le moment de reprendre cette décision de 2008 permettant d’améliorer l’assistance sociale, de créer de nouveaux projets d‘éducation et d’attribuer une aide financière aux jeunes familles éthiopiennes désirant acheter un appartement.

Il faudrait aussi que la communauté juive internationale se mobilise pour contribuer à la réussite de ce projet, offrant peut-être jusqu’à la moitié de la somme nécessaire pour que cette dernière aliya soit plus « brillante » que les précédentes.


Une immigration déjà intégrée
Même si, comme le dit l’éditorialiste, un pourcentage important de cette communauté vit dans une situation très précaire et si beaucoup ne se sont pas intégrés à la société israélienne, il faut aussi parler de tous ceux qui sont devenus de véritables Israéliens, fondant des familles, ayant réussi une formation professionnelle et s’étant intégrés dans le monde du travail.
Sur les 120 000 Israéliens éthiopiens, beaucoup sont nés en Israël dans des familles qui se sont créées ici. Ils ont été au jardin d’enfants, dans les écoles et collèges, parfois à l’université, et à l’armée. Ils préfèrent l’hébreu à l’amharique. Ils ne connaissent l’Ethiopie que par des vidéos ou les récits des parents ou grands parents. Sont-ils Israéliens ? Sont-ils Ethiopiens ? Double réalité pas forcément facile à vivre… ici.

* D’origine juive, convertis au christianisme il y a plus de cent ans, ces Ethiopiens nommés Falash Mura désirent leurs racines juives.
Un écho d\'Israël


Haut de page Article rédigé par .A - Source : Un écho d\'Israël
 

- Juifs d’Ouganda, l\'improbable voyage
Mardi 30 novembre 2010 2 30 /11 /2010

- LES JUIFS NOIRS DU NIGERIA EN TRAIN DE PRIER
rendez-vous sur ce lien et admirez leur ferveur

- Israël se mobilise pour l\'immigration des derniers Falash Mura d’Ethiopie
dimanche 21 novembre 2010, par Antoinette Bremond


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net