Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Peuples en esclavage
 
PEUPLES EN ESCLAVAGE  Imprimer   Envoyer par mail
 


19 janvier 2005 / 01h07
- La traite atlantique

La traite atlantique désigne le transfert forcé de 12 à 20 millions d'Africains en Amérique entre le XVIe et le XIXe siècles. Ce trafic d'esclaves noirs est une tâche indélébile au front de la civilisation occidentale.
Il commence au XVe siècle avec l'introduction de plusieurs milliers d'esclaves sur l'île portugaise de Sao Tomé, dans le golfe de Guinée.L'Afrique noire était connue des navigateurs espagnols et portugais depuis bien avant la conquête de l'Amérique. Mais Espagnols et Portugais l'évitaient pour des raisons sanitaires (ils ne supportaient pas le climat insalubre du continent et ceux qui tentaient de s'y établir ne résistaient pas longtemps aux maladies locales).

Les contacts avec les marchands arabes d'Afrique du nord accoutument les marchands portugais et espagnols au trafic d'esclaves africains et c'est assez naturellement qu'ils en achètent au XVe siècle, avant même la découverte de l'Amérique, pour travailler sur des exploitations agricoles de la péninsule ibérique.On estime que 150.000 esclaves africains transitent ainsi par le port de Lisbonne dans le demi-siècle qui précède le premier voyage de Christophe Colomb (1492). Personne ne se soucie alors de codifier le statut de ces travailleurs dont le sort s'apparente à celui des anciens serfs du Moyen Âge.

Après la découverte de l'Amérique, les colons européens veulent développer dans le Nouveau Monde les cultures tropicales (café, cacao, tabac,...) et exploiter les mines d'argent. Ils cherchent une main-d'œuvre nombreuse et soumise et font d'abord fait appel aux Indiens des hauts plateaux mais ceux-ci ne supportent pas les climats des basses terres tropicales ni les virus importés du Vieux Monde, comme la variole. Accoutumés par ailleurs à une existence autonome, ils résistent à l'asservissement. Les colons, à défaut d'Indiens, recourent à des prisonniers européens ou à des engagés volontaires avant de trouver une solution idoine dans l'importation d'esclaves africains. Le prédicateur espagnol Bartolomeo de Las Casas croit bien faire en recommandant cette solution pour remédier au mal être des Indiens. C'est ainsi que le Nouveau Monde hispanique commence à importer des captifs africains dès 1502, soit dix ans à peine après l'arrivée de Christophe Colomb !Les planteurs portugais et espagnols les traitent avec toute la brutalité possible, non sans accorder un intérêt concupiscent aux femmes noires. D'où l'apparition d'une importante population métissée. L'esclavage et le droitAu milieu du XVe siècle, lorsque les Portugais et les Espagnols commencent à importer des esclaves noirs, le pape Nicolas V croit bon de les y autoriser sous réserve qu'ils les convertissent à la foi chrétienne.Moins d'un siècle plus tard, en 1537, son successeur Paul III, révolté par l'ampleur de la traite atlantique, condamne l'esclavage. Mais ses injonctions n'ont aucun écho chez les planteurs et les marchands du Nouveau Monde. Les relations entre maîtres et esclaves restent dans un premier temps hors du cadre légal et donnent lieu à d'innombrables abus. Au XVIIe siècles, désireux de limiter les abus sans renoncer pour autant à une source d'énormes profits, Français et Anglais commencèrent à réglementer l'esclavage et, ce faisant, à le légitimer.




Haut de page Article rédigé par E.Y - Source : http://www.herodote.net
 

- Marche silencieuse le 9 Mai à Nantes
05/05/2006 Le Collectif « Marche des Esclaves » vous invite "en tenue d'esclaves"

- Un Mémorial à l’abolition de l’esclavage a Nantes en 2006
Un mémorial à l’abolition de l’esclavage ouvrira au public à la fin 2006, sous la forme d’un cheminement méditatif sur et sous le quai de la Fosse. Une passerelle en bois sera aménagé sous le quai avec des textes inscrits sur des parois en verre. Lors du

- ESCLAVES NOIRS EN MEDITERRANEE
Jean-Michel DEVEAU Texte intégral


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net