Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > A L'AFFICHE
 
A L'AFFICHE  Imprimer   Envoyer par mail
 


3 mars 2011 / 10h15
- La dangereuse main-mise de l\'Iran en Afrique

En visite officielle à Téhéran le ministre des Affaires étrangères du Zimbabwe a affirmé qu\'il fournirait à l\'Iran l\'uranium dont il a besoin pour pouvoir mettre en oeuvre son programme nucléaire.
Loin d\'être le seul pays africain à coopérer avec la République islamique, le Zimbabwe resserre davantage ses liens avec le régime des mollahs, mais à quel prix?


Sanctionné lui aussi par les Nations-Unies concernant son programme nucléaire controversé, le Zimbabwe a décidé de soutenir l\'Etat de Mahmoud Ahmadinejad. Prenant partie pour les Iraniens, il a critiqué l\'attitude des pays occidentaux vis-à-vis du programme d\'enrichissement d\'uranium mené par Téhéran. \"Le Zimbabwe dispose d\'importantes ressources mais le problème auquel (nous) devons faire face concerne le manque de budget, de financement et d\'équipement technique nécessaire pour extraire nos ressources et les utiliser\", a déclaré Simbarashe Mumbengegwi.

Les relations irano-africaines ont déjà un long passé derrière elles, animées par un sentiment commun de domination étrangère. Depuis la révolution islamique en 1979 qui a bouté le Shah déposé par les Américains hors d\'Iran, l\'Afrique est devenue le terrain de jeu favori des grandes puissances du monde se disputant ses précieuses ressources. C\'est pourquoi l\'Iran a tenté, lui aussi, de profiter du continent. Ainsi les domaines de collaboration entre la République des mollahs et l\'Afrique sont divers et variés, ils concernent principalement l\'industrie – notamment automobile – , l\'agriculture, le transfert de technologie et le domaine énergétique – dont le nucléaire. Depuis l\'élection de Mahmoud Ahmadinejad, on a pu constater un rapprochement significatif entre l\'Iran et le Kenya dont le Président avait déclaré en 2009 vouloir apprendre de l\'exemple du programme nucléaire iranien.

Dans le cadre de cette coopération s\'était tenu du 15 au 17 septembre 2010 un sommet Iran-Afrique auquel ont participé des dirigeants du secteur public et privé de plus de 40 pays africains, dont l\'Union africaine. L\'objectif de ce sommet était de définir et promouvoir les différents liens entre l\'Iran et ces pays. La République islamique est devenue par là un partenaire stratégique des Etats de cette union. \"L’Iran poursuit sérieusement le développement de ses liens avec tous les pays africains … en prenant des mesures concrètes\", avait alors déclaré le président iranien, le 21 août dernier.

Mais depuis les relations de l\'Iran avec certains pays africains se sont refroidies, voire rompues. La découverte par le gouvernement sénégalais de la fourniture d\'armes aux rebelles de la partie Sud du pays par l\'Iran a engendré la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays le 27 février dernier. La Gambie, impliquée dans l\'affaire, les armes transitant par son territoire, avait alors nié toute relation avec l\'Iran et réaffirmé ses bonnes intentions envers Dakar. \"La position gambienne sur la crise en Casamance [région située au sud-ouest du Sénégal, ndlr] depuis 1994 a été et sera toujours de travailler en harmonie avec le gouvernement et le peuple du Sénégal pour le développement socio-économique rapide de nos deux peuples\", avait affirmé un communiqué du gouvernement gambien. Il faut cependant noter que les Gambiens sont désormais sur leurs gardes quant à la position de leur voisin sénégalais.

En tentant de rompre ses liens avec les anciennes puissances coloniales, les Africains se sont tournés vers d\'autres régions du monde, notamment la Chine et l\'Iran. Néanmoins, le continent a-t-il vraiment à gagner dans ces nouveaux partenariats? S\'il est vrai que la coopération avec l\'Europe ne fonctionne pas sur le mode gagnant-gagnant, il n\'est pas certain qu\'il en soit autrement avec la République islamique. Isolé sur le plan international, Téhéran cherche évidemment par là à trouver des intérêts économiques, mais les intérêts idéologiques ne sont pas loin.

Motivé avant tout par l\'exportation de la Révolution islamique dans les pays musulmans africains, l\'Iran tente de s\'imposer et soutien le terrorisme dans ces régions, comme en témoigne l\'exemple sénégalais. Ainsi, l\'une des activités principales de l\'Iran au Soudan concerne l\'envoi d\'armes, dont certaines sont destinées à la Bande de Gaza, contrôlée par le Hamas, un allié de Téhéran. De même Khartoum abrite un centre culturel iranien qui promeut la propagande des mollahs et la non moins subversive littérature chiite. Certains pays se révèlent des proies faciles pour l\'influence iranienne, comme le Kenya dont la moitié de la population est chiite. L\'Iran a doté de nombreux pays africains d\'un système éducatif et culturel similaire à celui en vigueur dans le régime des mollahs, comme en témoigne la création de l\'Organisation de la culture islamique.

Plus grave encore, l\'Iran contrôle désormais le détroit de Bab-el-Mandab, principale voie de communication menant au canal de Suez. En s\'établissant dans ce port, l\'Iran s\'assure une surveillance continue sur les cargos et les pétroliers en direction de l\'Asie du Sud Est et de l\'Afrique. Téhéran a également implanté des bases militaires et des missiles en Erythrée, l\'un des principaux pays finançant le terrorisme en Somalie. L\'Iran dispose donc désormais d\'une main-mise sur une région stratégique pour le monde entier.

Croyant s\'affranchir de la domination occidentale, l\'Afrique se place sous le joug des extrêmistes religieux iraniens. Elle prend ainsi un risque significatif, lui offrant non seulement ses ressources mais aussi une influence cruciale sur les voies de communications mondiales.
Par Astrid Ribois et Roxane Tran-Van - Jeudi 3 mars 2011



Haut de page Article rédigé par .A - Source : wordpress.com
 

- Histoire d’avenir : métissage et tolérance
Du lundi 11 au dimanche 24 avril, la 4e édition du festival Histoire d’avenir, organisé par l’association Métisse à Nantes et son collectif, reste fidèle à ces principes : “Se regarder en face, dire plus jamais ça, créer un pont entre le passé et l’avenir

- NOUS PLEURONS UN GRAND HOMME
L‘Amitié judéo-noire a appris avec beaucoup d’émotion le décès du Pape Jean Paul II, véritable pèlerin de la Paix.

- MAN TO MAN, de Regis Wargnier,
avec Joseph Fiennes, Kristin Scott Thomas... En 1870, un anthropologue écossais ramène en Europe deux pygmées qui deviendront des bêtes de foire.Pour lui, ils sont le « chaînon manquant » entre le singe et l'homme.

- "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…"
avec la Maison des Citoyens du monde . Du 1er au 24 avril, la Maison des Citoyens du Monde associe pour la 4ème édition de "Regards sur " la Compagnie du Fol Ordinaire pour co-réaliser "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…".

- Jacques Chirac célèbre le «dialogue des cultures»
lefigaro.fr (avec AP) 20 juin 2006, (Rubrique Culture)

- QUI EST RAMA YADE?
Elle est née le 13 décembre 1976 à Dakar au Sénégal, d’un père diplomate, secrétaire particulier du Président de la République sénégalaise, Léopold S. Senghor qui la sensibilise à la politique dès son plus jeune âge, et d’une mère professeur d’histoire.

- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AMITIE JUDEO-NOIRE
L'amitie judeo-noire s'associe a la joie de millions d'hommes et de femmes du fait de l'election cette nuit de Barack Obama a la presidence des Etats-Unis.


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net