Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 
LES GRANDS HOMMES AFRICAINS, ANTILLAIS ET JUIFS ANTI-RACISTES  Imprimer   Envoyer par mail
 


6 avril 2011 / 17h22
- Hamilton Naki, chirurgien Noir, chirurgien clandestin 1927-2005

Hamilton Naki, un sud africain noir de 78 ans, mourut en mai 2005. La nouvelle ne parut pas sur les journaux, mais son histoire est l’une des plus extraordinaires du XX siècle. Naki était un grand chirurgien !

Docteur Hamilton NAKI, ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose. Et pourtant… La vie de cet homme exceptionnel mériterait d’être connue de tout Africain. En effet on pourrait sous-titrer sa biographie : « C’est l’histoire d’un jardinier sud-africain devenu un des plus grands chirurgiens cardiaques au monde, un pionnier de la greffe du cœur. ». Rien que cela !


Le docteur Hamilton NAKI

Le 29 mai 2005, pendant que le monde médiatique avait décidé d’analyser et d’analyser à nouveau, de commenter et de faire des projections dans le futur après le « NON » infligé au Traité constitutionnel européen par les Français, un homme au destin extraordinaire s’éteignait dans l’indifférence du monde occidental. Le docteur NAKI nous quittait, à l’âge 78 ans.
Né dans le village de Ngcangane dans le Cap Oriental, en Afrique du Sud, le petit Hamilton quitta très tôt l’école, ses parents n’ayant plus les moyens de l’y maintenir.



Déterminé à aider sa famille, et ne voulant pas rester dans le désoeuvrement, il décida quelques temps plus tard de se rendre dans la ville du Cap pour y trouver du travail. Malgré les difficultés financières, malgré la ségrégation raciale institutionnalisée qu’était l’Apartheid. Il partit quand même. En auto stop ! L’apartheid ne laissant pas beaucoup de possibilités de travail à un jeune Noir dans sa situation, il finit par décrocher un job de jardinier à l’Université médicale de Cape Town. Il était chargé de tondre la pelouse et de s’occuper de la surface des courts de tennis. C’est là que sa vie allait basculer, mais il ne le savait pas encore.

Sa chance est venue du chef du laboratoire de recherches animales de l’Université : monsieur Robert GROETZ. Celui-ci lors de la dissection d’une girafe, demanda l’aide du jardinier pour maintenir l’animal pendant l’opération. Ne se contentant pas de maintenir l’animal, il participa activement aux différentes phases de la dissection. C’était le début d’un apprentissage du prélèvement d’organes animaux. Très vite, sa dextérité le fit participer de plus en plus fréquemment à ce genre d’opération. Le jeune Hamilton, qui n’a jamais appris formellement les techniques opératoires puisqu’il n’a jamais été étudiant en médecine, en savait maintenant presque autant que les spécialistes de la chirurgie animale. Selon sa propre expression, il apprenait en volant avec ses yeux ! Il était devenu réputé pour ses qualités… manuelles. Officiellement, il était toujours le jardinier attitré es pelouses et courts de tennis. En période d’Apartheid, c’était un bon job pour un Noir. Mais cette réputation ne tarda pas à arriver aux oreilles de quelqu’un qui allait changer sa vie.

En effet, un jeune chirurgien qui allait devenir mondialement connu l’appela à ses côtés : le docteur Christiaan Neethling BARNARD. Il fera partie de l’équipe de greffe du médecin. Il travaillera désormais à la chirurgie cardiaque humaine ! C’est ainsi qu’il participa activement à la première mondiale qu’a été la greffe du cœur réalisée avec succès à l’hôpital du Cap le 3 décembre 1967 par le docteur BARNARD sur un homme de 56 ans. Pendant que le médecin sud-africain devenait une superstar planétaire et donnait interview sur interview, monsieur NAKI retournait dans son anonymat. Personne ne remarqua sa présence discrète, en arrière plan de l’une des photos de l’équipe médicale de celui qui allait devenir le célébrissime professeur BERNARD, pionnier de la greffe du cœur humain. Personne ne savait que c’est monsieur Hamilton NAKI qui avait prélevé sur une jeune femme, morte des suites d’un accident de la circulation, le cœur qui allait être greffé ce 3 décembre 1967 sur un malade du cœur : monsieur Louis WASHKANSKY. Et personne ne sut non plus que ce sont ses mains noires qui ont aidé à transplanter le cœur de la donneuse !

http://www.youtube.com/watch?v=m859aeEgKgY



Haut de page Article rédigé par .A - Source : http://www.youtube.com
 

- Ton beau capitaine de Simone Schwarz-Bart
Editions du Seuil (1 octobre 1987) Collection : Theatre

- In Praise of Black Women: Modern African Women
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Andre Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction) Modus Vivendi Publishing (31 mars 2003)

- In Praise of Black Women: Heroines in the Slavery Era
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Andre Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction) University of Wisconsin Press (30 septembre 2002)

- In Praise of Black Women: Ancient African Queens
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction), Val Vinokurov (Traduction) University of Wisconsin Press (31 mars 2001)

- Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart
Editions du Seuil, 1959

- La Mulatresse Solitude d'André Schwarz-Bart
Editions du Seuil, 1972

- Ti-Jean L'Horizon de Simone Schwarz-Bart
Editeur : Seuil (2 février 1998), Collection : Points

- Pluie et vent sur Télumée Miracle de Simone Schwarz-Bart
Editions du Seuil (15 mars 1995), Collection : Points


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net