Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Les Juifs Noirs
 
LES JUIFS NOIRS  Imprimer   Envoyer par mail
 


30 juin 2011 / 17h16
- Donner un nom aux Juifs éthiopiens morts en chemin

Si les alyot des Juifs d’Ethiopie dévoilent un aspect miraculeux, il ne faut pas oublier les conditions parfois très diffiiles dans lesquelles s’est déroulé ce retour en Erets Israël
et notamment toutes celles et ceux qui ont laissé leur vie en chemin.

Le gouvernement doit décider prochainement de la création d’une Commission spéciale avec à sa tête un ancien juge de la Cour Suprême, qui sera chargée de recueillir les noms de ces milliers de Juifs, hommes, femmes vieillards et enfants, qui n’auront pas eu la chance d’arriver au bout de leur rêve. Cette commission sera composée de membres de cette communauté ainsi que d’anciens agents du Mossad qui accompagnèrent les émigrants dans leurs pérégrinations à travers l’Ethiopie et le Soudan.

Sofia Landver (Israël Beiteinou), ministre de l’Alya et de l’Intégration l’a annoncé, indiquant « que ces victimes oubliées étaient une plaie béante dans la conscience collective de la communauté juive éthiopienne, et qu’il était du devoir de l’Etat de perpétuer leur mémoire ». On estime entre 800 et 4.000 le nombre de Juifs éthiopiens morts en route, d’épuisement ou du fait de brigandages, viols ou attaques.

Le député Dany Danon (Likoud), Président de la Commission parlementaire de l’Alya et de l’Intégration a précisé « qu’un monument serait érigé en leur mémoire existe déjà, mais jusqu’à présent une liste des noms n’avait jamais encore été dressée ».

L’un des membres du Mossad qui fut responsable de l’accompagnement des émigrants, Shabtaï Shavit, soutient activement cette initiative « car cette épopée fut l’un des épisodes les plus impressionnants qu’ait connu le peuple juif ». Shavit rappelle « que cette communauté fut déconnectée du reste du peuple juif depuis la destruction du 1er Temple, mais a gardé intacte sa foi et ses pratiques ainsi que l’espoir de retourner un jour à Sion » Il estime « que cette histoire devrait être mieux enseignée dans les écoles ».

Le député Shlomo Moula (Kadima), lui-même issue de cette alya, a perdu son frère lors de l’exode, et il ne sait pas où il est enterré. Il reproche aux différents gouvernement israéliens « d’avoir délaissé cet aspect, qui n’a pu être pris en main que grâce à des initiatives et des pressions venant de l’intérieur même de la communauté éthiopienne ».

Ouri Rada, l’un des militants les plus actifs de la communauté, et qui possède déjà une liste de presque 2.000 noms, y voit aussi une occasion « de remercier les agents du Mossad qui ont tout risqué pour aider les Juifs à traverser les déserts dans leur route vers Erets Israël ».





Haut de page Article rédigé par .A - Source : Israel7
 

- Juifs d’Ouganda, l\'improbable voyage
Mardi 30 novembre 2010 2 30 /11 /2010

- LES JUIFS NOIRS DU NIGERIA EN TRAIN DE PRIER
rendez-vous sur ce lien et admirez leur ferveur

- Israël se mobilise pour l\'immigration des derniers Falash Mura d’Ethiopie
dimanche 21 novembre 2010, par Antoinette Bremond


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net