Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > A L'AFFICHE
 
A L'AFFICHE  Imprimer   Envoyer par mail
 


31 aôut 2011 / 17h42
- Libye, ils sont où, les « amis des Noirs » ?

L’intervention de l’OTAN a eu pour immédiat et effet principal, de porter au pouvoir une coalition hétéroclite comprenant une notable portion de chefs djihadistes, et non des moindres parmi ces chefs.
C’est ainsi que le nouveau Gouverneur de Tripoli est un certain Abdelhakim Belhaj, un fondateur du « Groupe islamique combattant libyen » (GICL).

Un correspondant de presse relevait cette déclaration de responsables du GICL : « qui ne respecteraient que ce qui est en accord avec la charia ».

En accord avec la charia, l’assassinat du général Younés ?

La prise en main de Tripoli, par un groupe lié au djihadisme, constitue un nouveau sommet dans le travail de la coalition Sarkozy-BHL- Cameron-Obama, toute entière au service du roi de Prusse islamique, affublé d’un faux nez : « la révolution arabe ».

Depuis quelques jours, différents médias commencent à faire clignoter des feux orange, voire rouge sombre. Stop ! Attention, casse-cou ! Commencent-ils à dire, à nos politiciens irresponsables, à nos décideurs et à leurs oppositions béates devant les exactions de la prétendue révolution arabe, comme ils restèrent pour beaucoup d’entre eux béats devant les crimes staliniens (« il ne fallait pas désespérer Billancourt »), béats devant les massacres, par le FLN algérien, de centaines de villageois à Mélouza, devant le massacre des harkis, béats devant l’expulsion de plusieurs centaines de milliers de Marocains (1975) lorsque Boumediene voudra punir Hassan II pour sa politique sahraoui en raflant, en brisant les familles mixtes, en expulsant et spoliant au moins trois cent cinquante mille Marocains vivant légalement en Algérie, comme ils resteront béats, parfois seront enthousiastes devant l’élimination de la moitié du peuple cambodgien par la dictature stalino-maoïste de l’équipe Pol Pot...

On commence par faire état des tueries qui ont immédiatement suivies la « victoire » des groupes islamistes libyens ; victoire obtenue par les frappes massives et à répétition des forces de l’OTAN.

Ces tueries sauvages, ces exécutions sommaires ont eu principalement pour victimes des soldats noirs des troupes fidèles au gouvernement légal libyen et de simples travailleurs victimes de rafles. Pour atténuer le mauvais effet des égorgements et des mutilations de ces soldats, vaincus et sans chef, on s’est plu, pour à dire qu’ils sont des « mercenaires de Kadhafi ».

C’était quoi, les mercenaires ?

En Lybie, le prolétariat est essentiellement formé de travailleurs noirs. Ce sont des Africains venus de différents pays du continent. En Libye, l’ouvrier est noir. En Libye, la femme de ménage est noire. Le fantassin dans l’armée est noir.

Sous Kadhafi, on n’était ni en Iran, ni en Algérie, ni en Egypte, ni au Maroc ou en Tunisie. On ne vivait matériellement plutôt pas trop mal, pour ne pas dire plutôt bien, quand on était libyen.

Ceux qui vivaient chichement, c’était ceux qui se privaient pour envoyer de l’argent à la famille, c’étaient les « zanj » des Libyens, leur prolétariat noir, -ouvriers du pétrole et domesticité-, venus de toute l’Afrique subsaharienne.

La guerre de l’OTAN s’est exercée à l’encontre de noirs. Le prolétariat a perdu son gagne-pain. Le soldat noir est devenu un « mercenaire ». On en fait un criminel, menacé d’une condamnation à mort.

La défaite de Kadhafi donne lieu à un déferlement de violence, dont l’objet favori redevient le « zanj », le noir.

A l’étape présente, la victoire sur Kadhafi fait penser aux premiers jours des victoires franquistes sur les troupes républicaines. Tout homme ayant des traces de poudres sur les mains ou des marques d’usure sur l’épaule du veston était déclaré combattant « rouge ». Résultat, on le fusillait sur place ou un peu plus loin, sans jugement ou à la suite d’une délibération expéditive.

Hier soir, la « six » montrait des noirs, des prisonniers. Le combattant islamiste interviewé expliquera : qu’on les avait trouvés en possession d’armes et que si ces hommes s’en étaient servies et avaient tué, « ils risquaient la peine de mort ». Le même journal d’information, se référant à d’autres médias et témoignages de reporters présents sur place, fera aussi état de massacres, de massacres de grande ampleur. Ces tueries, ce sont toujours des exécutions sommaires dont les victimes sont toutes noires.

Je rappelais plus haut les premières tueries constatées en Libye pendant les affrontements, les égorgements et les mutilations sur la personne des « mercenaires » noirs. Avec l’effondrement du régime de Kadhafi, on est passé à la vitesse supérieure.

Ce sont des pogromes !

Oui, ce sont des traques, des chasse à l’homme noir, déclaré suppôt de Kadhafi, qui ensanglantent les rues de Tripoli. Ce sont des pogromes dont les artisans sont ces hommes qui considèrent « qu’ils ne respecteront que ce qui est en accord avec la charia ». Oui, ce sont des pogromes fanatiques contre ceux qui, évidemment, ne peuvent cacher qu’ils sont Soudanais, Maliens, Sénégalais, Tchadiens...

La victoire militaire des forces de l’OTAN est sablée par les milices islamistes ou sénoussistes, avec le sang des prolétaires noirs, ou celui des fantassins noirs de l’armée régulière, qualifiée d’armée de mercenaires.

Les meurtriers des travailleurs ou soldats noirs veulent restaurer l’ordre moral et politique du 7ème siècle. Leur considération, pour le « noir », pour le « zanj », remonte à la même époque. Depuis qu’ils ont commencé la destruction du régime Kadhafi, ils ne savent et ne veulent savoir qu’une chose : traquer le futur cheptel, celui qu’on a pris l’habitude, jusqu’au milieu du 20ème siècle, de razzier et d’envoyer, qui comme concubine, qui comme eunuque, comme garde du sultan, parfois en qualité de paysan-esclave, en Afrique du nord, en Arabie, en « Palestine » arabo-ottomane, en Irak, en Perse, en Inde, dans l’archipel indonésien...

Actuellement, à Tripoli et partout où les islamistes et Sénoussistes anti-Kadhafi on détruit la structure étatique légale, ou ce qu’il en restait, le noir est redevenu un gibier bon à humilier, traquer, tuer. Le soldat noir de l’armée vaincue est par définition « un mercenaire », un coupable qui doit être jugé « selon la charia ». Les miliciens, applaudis par les gogos du Faubourg St Germain et des salons du gauchisme caviar, agissent, jugent et tuent ou prétendent tuer, selon l’axiome qu’un noir en possession d’armes est un mercenaire, et que, s’il a combattu et tué, il devra être condamné à mort.

Et pendant ce temps, les « Amis des noirs », que disent-il, que font-ils ?

C’est une question que je me suis posé, en lisant et entendant ces premières informations sur les tueries dont les victimes sont noires en Libye.

Le CRAN, il dit et fait quoi, lui qui est si sourcilleux, en matière de stigmatisation, de dénigrement, d’inégalité dont les « noirs » en France seraient victimes, du seul fait qu’ils sont noirs ? Et le MRAP, et SOS-Racisme, ce n’est pas leur pote le prolétaire ou le soldat africain de Tripoli ?

Il y en a d’autres des amis des noirs. Il y a les chantres de la « négritude », Le PPM, LKP, UPLG, Madame le député Christine Taubira, ils disent et font quoi ? Ils ne sont pas au courant de ces tueries à forte connotation raciste?

Ces autres amis et ces porte-parole des noirs, ces militants dénonçant la misère ou leur pauvreté plus grande que la moyenne, ces hommes et ces associations disant agir contre tous les stigmates d’une infériorité organisée, les Dieudonné, Kami Séba et tutti quanti, ils disent et font quoi ?

Ces assassinats sauvages, cette justice expéditive contre les lampistes noirs du régime Kadhafi, ça ne les choquent pas ? Ils n’ont rien à en dire ?

Tourneraient-ils tous la tête ?

Tous, ne voudraient-ils pas voir, pour ne pas être obligés de dire : Que les « révolutions arabes » sentent fortement l’odeur du sang et qu’elles ressemblent furieusement à une pure et simple contre-révolution, une contre-révolution qui porte, mécaniquement, vers un pouvoir sans partage, les hommes de la dictature de la charia.

Assez d’hypocrisie ! Non aux pogromes anti-Noirs !

Arrêt immédiat des tueries. Stop à la justice sommaire ! Arrêt des violences et des humiliations dont sont victimes les travailleurs privés de leurs emplois et les anciens soldats noirs de Libye.



Haut de page Article rédigé par .A - Source : ar
0
 

- Histoire d’avenir : métissage et tolérance
Du lundi 11 au dimanche 24 avril, la 4e édition du festival Histoire d’avenir, organisé par l’association Métisse à Nantes et son collectif, reste fidèle à ces principes : “Se regarder en face, dire plus jamais ça, créer un pont entre le passé et l’avenir

- NOUS PLEURONS UN GRAND HOMME
L‘Amitié judéo-noire a appris avec beaucoup d’émotion le décès du Pape Jean Paul II, véritable pèlerin de la Paix.

- MAN TO MAN, de Regis Wargnier,
avec Joseph Fiennes, Kristin Scott Thomas... En 1870, un anthropologue écossais ramène en Europe deux pygmées qui deviendront des bêtes de foire.Pour lui, ils sont le « chaînon manquant » entre le singe et l'homme.

- "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…"
avec la Maison des Citoyens du monde . Du 1er au 24 avril, la Maison des Citoyens du Monde associe pour la 4ème édition de "Regards sur " la Compagnie du Fol Ordinaire pour co-réaliser "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…".

- Jacques Chirac célèbre le «dialogue des cultures»
lefigaro.fr (avec AP) 20 juin 2006, (Rubrique Culture)

- QUI EST RAMA YADE?
Elle est née le 13 décembre 1976 à Dakar au Sénégal, d’un père diplomate, secrétaire particulier du Président de la République sénégalaise, Léopold S. Senghor qui la sensibilise à la politique dès son plus jeune âge, et d’une mère professeur d’histoire.

- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AMITIE JUDEO-NOIRE
L'amitie judeo-noire s'associe a la joie de millions d'hommes et de femmes du fait de l'election cette nuit de Barack Obama a la presidence des Etats-Unis.


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net