Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 
LES GRANDS HOMMES AFRICAINS, ANTILLAIS ET JUIFS ANTI-RACISTES  Imprimer   Envoyer par mail
 


5 décembre 2011 / 10h01
- Portugal : Il est temps de réhabiliter le « Dreyfus » Portugais

Barros Basto venait d’une famille de Bnei Anoussim (que les historiens appellent de façon péjorative «marranes»), des descendants de Juifs dont les ancêtres avaient été forcés de se convertir au catholicisme au 15ème siècle.
Un héros oublié……

Il a été elevé en catholique, fait ses études et a été décoré en tant que soldat. Il commandait une compagnie d’infanterie portugaise lors de la Première Guerre mondiale, où il a combattu dans les tranchées des Flandres et pris part à l’offensive alliée pour libérer la Belgique.

Après la guerre, Barros Basto a décidé de ré-embrasser la foi de ses ancêtres. Il a étudié le judaïsme intensivement, s’est ensuite rendu au Maroc espagnol en Décembre 1920 et a entrepris un retour formel au Judaïsme devant un tribunal rabbinique.

De retour au Portugal, Barros Basto s’installe dans une ville du nord de Porto, où il a lancé une campagne publique pour persuader les autres Bnei Anoussim de revenir à leurs racines. Revêtant son uniforme militaire et ses médailles, il a voyagé parmi les villes et villages de l’intérieur du Portugal, ce qui donnant des discours, des conférences cherchant ainsi à inspirer les autres afin qu’ils suivent son exemple.

Après avoir été obligés de se cacher pendant des siècles , des milliers de Bnei Anusim ont répondu à son appel et accepté de rejoindre son mouvement.

Barros Basto s’est tourné vers ses corréligionnaires de part le monde pour demander de l’aide, et a réussi à réunir les fonds nécessaires pour construire la magnifique synagogue Haim Mekor, qui existe toujours à Porto. Il ouvrit une école talmudique qui a fonctionné pendant neuf ans, où des dizaines de jeunes Bnei Anusim ont appris le mode de vie et la tradition juive.Il a également produit à lui seul un journal juif, Halapid (la Torche), et a été responsable de la publication de nombreux ouvrages sur l’histoire et la loi juive en portugais.

Mais son judaïsme révélé au grand jour, ses actions ayant entrainé des milliers de personnes à sa suite, n’ont pas plu au gouvernement et aux autorités ecclésiastiques. Ils ont cherché à étouffer son mouvement naissant.. Le 12 Juin 1937, le Conseil supérieur de discipline de l’armée portugaise a conclu que Barros Basto manquait de « capacité morale » pour servir dans ses rangs.

Quel était exactement son «crime»?

Le conseil militaire a déclaré que Barros Basto avait « fait plusieurs étudiants en vertu d’un précepte de la religion israélite qu’il professe » et a dit qu’il était trop affectueux envers ses élèves.

En conséquence, ils l’ont expulsé des forces armées, détruit sa carrière et sali son nom.

Cela a entraîné un terme à ses efforts pour réveiller au Portugal Bnei Anusim, beaucoup ont vu le traitement infligé a Barros Basto comme un signe que les autorités ne toléreraient pas leur retour au judaïsme.

Brisé Barros est mort en 1961. Dépouillé de son rang et humilié publiquement, parce qu’il était Juif.

Barros Basto a été comparé par les historiens tels que Cecil Roth à Alfred Dreyfus, officier de l’état-major français qui a été reconnu coupable de trahison sur la base d’accusations en 1894 et expulsé de l’armée française.

Mais contrairement à Dreyfus, Barros Basto n’a pas encore reçu la réhabilitation qu’il mérite.

Une fois que le Portugal a commencé sa transition vers la démocratie en 1975, sa famille a fait appel aux autorités pour remédier à la situation, mais leurs plaidoyers sont restés vains..

Cette dernière décennie, Shavei Israël, l’organisation que je préside, a été impliquée dans l’affaire Barros Basto.

Au fil des ans, nous avons obtenu le soutien d’ organisations juives américaines telles que la Conférence des présidents, l’Union orthodoxe et les sionistes religieux d’Amérique, qui ont tous écrit à l’ambassadeur du Portugal à Washington sur la question.

Le mois dernier, le 31 Octobre, il y a eu un nouveau développement important.

Avec l’aide d’un avocat, la petite-fille du capitaine, Isabel Maria de Barros Lopes, a soumis une demande officielle au Président du Parlement portugais pour obtenir la réintégration à titre posthume de son grand-père dans l’armée.

Isabel m’a dit qu’elle est déterminée à aller jusqu’au bout. Tout comme son grand-père, elle n’a pas peur de se battre pour ce qui est juste.

La pression doit être exercée sur les responsables portugais.

Contactez l’Ambassade du Portugal du pays où vous vous trouvez et signez également la petition en ligne à l’attention du chef du parlement portugais.

Nous devons obtenir au maximum un soutien international pour clore ce chapitre douloureux.

Barros Basto est un personnage courageux qui s’est levé pour le peuple juif, défiant le pouvoir en place pour aider ses frères. Il a été victime d’antisémitisme, alors comment pouvons-nous rester silencieux?

Il ya plusieurs années, dans un village du nord de Portugal à Amarante, je suis allé au cimetière local où se dresse une tombe simple et sans fioritures celle de Barros Basto.

là, j’ai fait la promesse de faire ce tout ce que je peux rétablir son honneur .

Il ya aujourd’hui une occasion sans précédent pour le faire et nous ne devons pas la laisser passer.

La tache sur le nom de cet homme noble est aussi une tache sur le Portugal lui-même, et il est temps pour qu’elle soit retirée, une fois pour toutes.

Réhabiliter le « Dreyfus » portugais et que justice soit faite, afin que son âme puisse enfin reposer en paix.

par Michael Freund




Haut de page Article rédigé par .A - Source : Israpundit
 

- Ton beau capitaine de Simone Schwarz-Bart
Editions du Seuil (1 octobre 1987) Collection : Theatre

- In Praise of Black Women: Modern African Women
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Andre Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction) Modus Vivendi Publishing (31 mars 2003)

- In Praise of Black Women: Heroines in the Slavery Era
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Andre Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction) University of Wisconsin Press (30 septembre 2002)

- In Praise of Black Women: Ancient African Queens
de Simone Schwarz-Bart (Auteur), Rose-Myriam Rejouis (Traduction), Val Vinokurov (Traduction) University of Wisconsin Press (31 mars 2001)

- Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart
Editions du Seuil, 1959

- La Mulatresse Solitude d'André Schwarz-Bart
Editions du Seuil, 1972

- Ti-Jean L'Horizon de Simone Schwarz-Bart
Editeur : Seuil (2 février 1998), Collection : Points

- Pluie et vent sur Télumée Miracle de Simone Schwarz-Bart
Editions du Seuil (15 mars 1995), Collection : Points


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net