Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Convergences Juifs-Noirs
 
CONVERGENCES JUIFS-NOIRS  Imprimer   Envoyer par mail
 


29 juin 2012 / 15h54
- Mario Balotelli, l’étoile noire du football italien remercie sa mère… Juive !

Mario Balotelli, la star italienne de football qui a envoyé son équipe en finale de l’EURO 2012 face à l’Allemagne, a été élevé par une mère adoptive juive dès l’âge de 3 ans.
Le talentueux attaquant, qui est né sous le nom de « Mario Barwuah » en provenance du Ghana, a grandit à Palerme. Lors de l’après-match ou son statut de star est devenu sans discussion, il s’est précipité pour embrasser sa mère adoptive, Silvia Balotelli. Il venait de marquer les deux seuls buts du match.

Avec d’autres membres de l’équipe italienne, Balotelli avait visité Auschwitz au début du mois avant le début du tournoi. Il a dit avoir été « tourmenté » par cette visite. La presse italienne confirmait le lendemain en titrant « Balotelli bouleversé » !

Selon une radio néerlandaise, Balotelli s’est assis seul sur la voie ferrée menant à l’entrée du camp de la mort, les yeux mouillés, en silence. « Un peu plus tard, il dit montré à ses coéquipiers une lettre cachée son son lit, que sa mère adoptive lui avait écrite. Il a alors parlé de choses qu’il avait toujours gardé pour lui. »

Certains groupes néo-nazis, en Italie et au-delà, qui avaient déjà insulté le joueur pour sa couleur, le ciblent maintenant pour son affiliation au judaïsme. Sur le site raciste Stormfront, on peut lire depuis quelques jours : » Balotelli est noir et juif. Il devrait jouer en faveur d’Israël, pas de l’Italie. »

Balotelli, 21 ans, non-juif de surcroit, était l’un des quatre enfants nés de Christian Thomas et Rose Barwuah, des immigrants en provenance du Ghana. Il a souffert de problèmes de santé potentiellement mortelles, nécessitant souvent une chirurgie intestinale, et son mauvais état de santé mis à rude épreuve sa famille déjà appauvrie. Après avoir cherché une aide de l’Etat suite à un déménagement à Milan, les autorités ont proposées de le laisser en famille d’accueil.

« C’est comme ça que Mario Barwuah est entré en contact avec le Balotellis » – Francesco et Silvia – « une famille blanche qui vivait dans une villa d’un petit village à proximité. Dans un premier temps, il est resté chez eux lors des 5 jours de semaines et rentrait chez lui le week-end. Mais après quelques temps, tout a changé. Mario a commencé à traiter ses parents biologique avec indifférence. En fin de compte, il a pris le nom de sa famille adoptive » a expliqué la radio.

Quand il est devenu un joueur à succès, ses parents biologiques ont cherché à rentrer de nouveau dans sa vie, mais il les a rejeté. Il ne voulait pas de « chasseurs de gloire. »

Malgré son état de santé peu prometteur et les antécédents familiaux complexes, Balotelli s’est avéré être un prodige du football, devenant le plus jeune joueur de l’histoire à jouer en troisième division de l’Italie, à 15 ans, et finalement impressionnant en tant que joueur pour l’Inter Milan. Il a ensuite déménagé en Angleterre à Manchester City, avec qui il a remporté le titre de Premier League la saison dernière.

Dans le même temps, il a été une figure de controverse, de ridicule et d’affection au fil des ans – coiffures excentriques, incendie par inadvertance dans sa maison, indiscipline-.

Le joueur a décrit la victoire contre l’Allemagne comme «la nuit la plus merveilleuse de ma vie jusqu’à présent », ajoutant, « mais j’espère que le dimanche sera encore mieux. »

A la fin du match, Balotelli a déclaré: «À la fin du jeu quand je suis allé à ma mère, c’était là le meilleur moment de ma vie. Tout ce que je fais, c’est pour elle. J’ai attendu longtemps ce moment, d’autant plus que ma mère n’est plus très jeune et ne peut pas aller bien loin, alors je lui ait rendu cet hommage de traverser tout le terrain. Elle, elle avait dû traverser l’Europe. »



Haut de page Article rédigé par .A - Source : JSSNews
 

- COLLOQUE Le visage. La rencontre de l’autre
Dimanche 10 octobre 2010 15h à 18h au Collège des Bernardins

- Monde noir, Monde juif , rencontres, émancipation
communication de Philippe Boukara, maître de conférences à l’I. E.P. de Paris


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net