Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


26 octobre 2015 / 16h45
- L’alliance des gens « sans Maître », Marrons et Pirates

Le terme anglais «marrons» provenait du mot cimarrones espagnol
qui désignait les communautés d'esclaves «indiens» qui avaient abandonné leur travail et s’étaient réfugiés dans les montagnes avec les autres survivants de l'esclavage. Il y avait des esclaves noirs et des indiens tainos. En quelques décennies, le mot est venu à désigner principalement les esclaves noirs qui avaient fui leurs maîtres.

Comme les esclaves, les marins se révoltèrent contre leurs conditions de travail. La justice à bord des navires espagnols était souvent appliquée de façon arbitraire: quand en 1572 le général Cristobal de Eraso mit une partie de son équipage à fond de cale pour avoir prononcé le nom du Seigneur en vain.
Il y avait aussi la question des salaires. Les marins espagnols au XVIe siècle travaillaient pour de maigres salaires dans des conditions très dangereuses. Ce n’était pas mieux pour les marins anglais. Leurs salaires étaient généralement bas, la délinquance et la fraude dans le paiement de ces salaires étaient habituels (Rediker 2004, 43, 23) ·

Une alternative était les bateaux pirates. Les marrons existaient en opposition à la société de maîtres et esclaves. Les pirates ont émergé d'une société similaire stratifiée, avec la domination du capitaine sur son équipage.

Bien que le monde des capitaines et les équipages était destiné à se poursuivre, les pirates ont commencé à contester le fondement de ce système au 17ème siècle dans les Caraïbes.

Les premiers véritables pirates des Caraïbes étaient les boucaniers, et les premiers
boucaniers étaient en fait des marrons. En 1620, le journal d'un marin français enregistre une rencontre sur la côte d'Hispaniola avec deux hommes, un "marron» et un «nègre» blottis
autour d'un feu avec un barbecue en bois que les deux appelaient par son nom indigène,
boucan. Les deux hommes ont décrit comment ils subsistaient avec d'autres par le braconnage
l'élevage et la vie en commun dans la section nord-ouest inoccupée de l’ile espagnole.

Leur mode de vie était celui d’hommes qui avaient été emprisonnés pendant leur vie
sur les navires et soumis aux caprices de la haute mer et de capitaines violents. Quand le
navire français revint dans les parages quelques jours plus tard, six de ses membres d'équipage avaient disparu, venant augmenter les rangs de ces hommes du boucan, les boucaniers (Moreau 2ooo, 58-59).
lire la suite: http://piratesjuifsdescaraibes.blogspot.fr/


Haut de page Article rédigé par .A - Source : piratesjuifsdescaraibes.blogspot.fr/
0
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net