Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


28 octobre 2015 / 19h56
- La véritable histoire d'un pirate juif et mulâtre: Diego El Mulato

Ce pirate a un prénom plein de tant ambiguïté : il est généralement appelé Diego avec différents surnoms
tels que: Diego Lucifer, Lucifer ou Diablo , Diego de Reyes, Diego Martin, Diego le mulâtre et, plus commun de tous, Diego Grillo.

Son lieu d'origine est également en question. Cuba le réclame comme étant né et ayant été élevé à La Havane alors que d'autres écrivains voient ses origines dans la colonie espagnole du Mexique Tous conviennent que Diego était d'origine juive, espagnole et africaine et qu'il détestait tout ce qui venait de l’Espagne, tant du fait de l’Inquisition espagnole (qui le pourchassait en tant que Juif) que par son esclavagisme et colonialisme (en tant que fils né d’une mère afro-caribéenne)- un peu comme le plus célèbre boucanier fou François l'Olonnais, lui probablement protestant.

Certaines recherches minutieuses mettent en avant que Diego est né à Campeche sur le Golfe de la péninsule du Yucatan. Son père aurait été un Juif « converso » Espagnol et sa mère était au moins partiellement africaine.

Quel était son statut ? ni esclave ni libre, entièrement africain ou métis, mais même avec un père riche, le sang africain de Diego lui avaient fermé certaines des portes de la société espagnole. Cela semble avoir été le point d'achoppement qui a transformé un jeune homme privilégié en un pirate.

Dans sa jeunesse Diego fut offensé par un Espagnol et, en raison du système social très stratifié dans le Nouveau Monde espagnol, Diego ne pouvait pas obtenir réparation. Impossible de se venger de cet individu, Diego alla sur les mers pour assouvir sa vengeance sur tout ce qui pouvait représenter l'Espagne pour lui.

La première preuve tangible de Diego Grillo comme un pirate se présente en 1626 quand il navigue en compagnie du flibustier Néerlandais Hendrick Jacobson. Jacobson (ou Jakobzoon) qui était connu comme «le pire requin de la mer» et était souvent appelé par les Espagnols «Lucifer». On ne sait pas où Diego aurait appris à naviguer, mais il pourrait être prudent de dire qu'il a tout d’abord passé un certain temps sur un navire marchand avant de signer et de s’engager à bord d'un bateau pirate.

Diego semble avoir littéralement pratiqué la course en mer et, comme tant d'autres avant et après lui, il se tourna vers la piraterie après avoir réalisé à quel misérable travail à bord d'un navire marchand il était destiné. Son mentor Jacobson mourut en 1627 et c’est alors, sans doute après avoir appris à naviguer du vieux requin, que Diego fut prêt à prendre le commandement de son navire amiral Ter Veer. Il navigua dans et hors de différents ports, y compris l’ile de la Tortue, le Honduras, La Havane (où il affirmait que sa mère avait vécu) et sur l’île de Providence, attaquant les expéditions espagnoles le long de la côte du Mexique.

En 1633, son premier grand raid sur terre eut lieu. Diego, certains spéculant sur la vengeance qu'il nourrissait depuis des années en mer, attaqua Campeche, pillant la ville et brûlant le fort de San Benito. Il tua l'illustre capitaine de la garde, Galvan, qui, selon quelques auteurs, aurait été le parrain de Diego et pourrait avoir été l'homme qui l'avait insulté.

Un chaos d’orgie s’ensuivit dans la ville pendant deux jours et les citoyens espagnols qui ne pouvaient pas ou ne voulaient pas s’échapper dans la jungle furent torturés pour obtenir des informations sur l'endroit où leur richesse avait été cachée. Diego, pour sa part, passa son temps à rechercher un certain officier de l'armée connu comme Calvo ou Galvez. Diego promettait de découper l'homme jusqu'à lui arracher ses oreilles et son nez. Ce comportement conduisit certains chercheurs à conclure que Calvo était la source de l'indignation de Diego.

Si c’était le cas, le pirate ne put être satisfait: Calvo ne fut jamais retrouvé . À l'opposé de sa soif de sang comme à Campeche, l'histoire raconte que lorsque Diego navigua loin de cette misérable ville il s’empara d’un navire espagnol où se trouvait Dona Isabel Maldonado y Caraveo, récemment veuve, qui se rendait à Mexico. Quand il découvrit la dame et sa suite à bord, il la fit loger dans sa propre cabine à bord de son navire, la traita avec toute la courtoisie possible et veilla à ce qu'aucune de ses affaires ne fut pillée. Il la déposa, elle et ses dames, en toute sécurité sur la terre ferme quelques jours plus tard, bien qu'il garda leur navire pour son propre usage .

La longue carrière de notre pirate avait à peine commencé. Il est connu pour avoir navigué avec le boucanier Pierre le Grand l'année suivante et Thomas Newman en 1636. Dans les années 1640, il assaillit Sisal, Trujillo et d'autres villes le long de la péninsule du Yucatan, habituellement de concert avec un ou plusieurs des Frères de la Côte. Il semble avoir navigué avec François L'Olonnais le long de la côte de Darien et pourrait très bien avoir été parmi ceux qui laissèrent ce boucher à son sort, coupé en morceaux tout vivant et forcé de regarder les indigènes en train de réduire sa propre chair en cendres. Ou de le manger; selon les différents récits.

Un Diego le mulâtre, très probablement le même homme, rejoignit avec ses hommes et ses navires des raids de Henry Morgan sur Portobello et le Panama. Les succès de Diego contre les Espagnols étaient tellement écrasants que l'ennemi en vint finalement à le courtiser. L'Espagne offrit à Diego le pardon, de l'argent et le titre d'amiral s’il acceptait d’arrêter ses pillages et de signer une paix avec l'Empire espagnol. Diego ne céda pas à ces belles promesses de la couronne espagnole et retourna dans le Yucatan piller plusieurs commerçants espagnols.

Mais la chance tourna. En 1673, après la capture par Diego d'un navire espagnol qui le conduisit à tuer les 20 hommes à son bord en raison de leur naissance espagnole, la Couronne tenta tout pour réussir à le capturer. Son partenaire Jan Lucas fut attrapé, envoyé au donjon de Veracruz et pendu sans procès, sans doute après avoir été torturé. Les informations que Lucas avait fournies aux Espagnols pourraient avoir mené à la capture de Diego deux mois plus tard.

Les récits contemporains sont étonnamment silencieux sur les détails. Tout ce que nous savons est que Diego Grillo, qui était connu par tant de noms, fut pendu à Campeche pour piraterie. Compte tenu de son histoire étrange et mystérieuse, dont les détails sont rentrés dans la légende, peut-être que c’est tout ce que nous devons savoir.

A partir de «Pirates à l'abordage d'un galion espagnol" par Howard Pyle.

Vous en saurez plus en lisant DIEGO EL MULATO, EL ZORRO DEL MAR (Le Renard de la Mer)
Bientôt sortie le 1er Novembre 2015 du roman Diego El Mulato, de Yves Kamami et Sylvia Cornet, aux Editions Auteurs du Monde!!!!! (disponible sur Amazon.fr et Fnac.com).



Haut de page Article rédigé par .A - Source : Auteurs du Monde
0
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net