Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


28 février 2006 / 01h05
- «Justice pour Ilan»

Des dizaines de milliers de personnes se sont ébranlées depuis la place de la République dimanche pour rendre hommage au jeune homme décédé, par Nicolas Iommi-Amunategui et Johana Sabroux, LIBERATION.FR : 26 février 2006
Impossible de rejoindre le cortège en cours de route. Pour la manifestation en hommage à Ilan et contre l'antisémitisme qui a eu lieu dimanche de la République à la Nation, la police a barré toutes les rues perpendiculaires au parcours. Un seul point d'entrée: la place de la République.

Le cortège s'est ébranlé à 15h30, une petite demi-heure après l'heure prévue, pour assurer l'organisation de la marche, tant on craignait des débordements. Finalement, un seul mouvement de foule un peu violent est à déplorer: la bousculade au moment de l'arrivée de Nicolas Sarkozy dans le «carré V.I.P.», matérialisé par un cordon tendu en tête de cortège par les membres du service d'ordre assistés d'une cohorte de policiers au taquet. Il n'est pourtant resté qu'une demi-heure. Pour le Crif, 200.000 personnes étaient rassemblées dans le froid ce dimanche. Pour la police, ils étaient 33.000.

«Je suis juif, où est le mal», «justice pour Ilan», «la France contre la barbarie», ou «Ilan torturé, les clichés l'ont tué», tels sont les slogans que l'on pouvait lire ou entendre tout au long du défilé. SOS Racisme, la Licra, l'Union des étudiants juifs de France et le Crif étaient placés en tête de cortège. Au cœur du défilé, la Ligue de Défense Juive, dont les sympathisants brandissaient des drapeaux français, et le B'nai B'rith, la plus ancienne organisation juive du monde, sont venus en masse. Quelques membres de l'association «Amitié Judéo-noire» ou le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) étaient également réunis sous leurs banderoles respectives.

De nombreuses personnalités politiques ont ouvert la marche pour manifester leur soutien à la famille d'Ilan et exprimer leur rejet de toute forme de racisme et d'antisémitisme: Lionel Jospin, Bertrand Delanoé, Dominique Strauss-Kahn, Nicolas Sarkozy ou Jean-Louis Debré venu «pour que l'ensemble des responsables politiques ait conscience des valeurs de la république. Que nous soyons blancs, jaunes, noirs, nous sommes tous rassemblés autour de ces valeurs». De nombreux artistes ont aussi tenu à être présents, au rang desquels Doc Gynéco, Tiken Jah Fakoly, ou encore Jane Birkin. L'essayiste André Glucksmann avait également fait le déplacement.

Jo Attia, la soixantaine, sympathisant de la Ligue de défense juive qui vit à Sarcelles, est venu «pour que tout cesse: ce qu'on a vu depuis une semaine. Et cette manifestation va peut-être faire agir le gouvernement dans le bon sens. Il aurait pu agir, je pense qu'il était au courant de tout très vite mais qu'il a préféré attendre, peut-être pour que l'enquête aille à son terme comme on dit.» Yves, 66 ans, médecin retraité est venu parce qu'il a été «bouleversé et choqué par ce crime atroce dont les motivations antisémites ne font pas de doutes. J'espère que cette manifestation remuera la conscience des gens face aux actes antisémites qui se multiplient. Et là je crois que c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. On a atteint un point de non-retour. J'espère qu'il y aura des mesures de prises. Je brandis un drapeau français car c'est un Français qui a été assassiné. Aujourd'hui, je pose une question à la France : saura-t-elle garder ses Juifs ?»

(...)
POUR LIRE LA SUITE http://www.liberation.fr/page.php?Article=362777



Haut de page Article rédigé par Y.M - Source : www.liberation.fr
0
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net