Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > A L'AFFICHE
 
A L'AFFICHE  Imprimer   Envoyer par mail
 


7 novembre 2008 / 15h37
- Obama prend Rahm Emanuel comme bras droit

Constance Jamet (lefigaro.fr) 06/11/2008 |
Rahm Emanuel et Barack Obama. Les deux hommes représentent l'Illinois et se sont rapprochés lorsque Barack Obama est arrivé à Washington, après avoir été élu sénateur en 2004.
Le représentant de l'Illinois au Congrès et ancien conseiller de Bill Clinton a accepté mercredi de devenir secrétaire général de la Maison-Blanche.

Parmi les nombreux noms cités pour faire partie de l'administration Obama, un désormais est sûr. Il s'agit de Rahm Emanuel. Ce représentant de l'Illinois a accepté mercredi de devenir le secrétaire général de la Maison-Blanche, a annoncé Barack Obama. Le parlementaire, âgé de 48 ans, a réfléchi à l'offre du futur président américain pendant plus de vingt-quatre heures. Il redoutait l'impact de cette nomination sur sa famille et ses trois jeunes enfants. Toutefois, à en croire certains journalistes, ce proche du 44e président des Etats-Unis convoitait, avant cette proposition prestigieuse, la place de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, et aurait plutôt hésité entre les deux positions. Tous deux élus de l'Illinois, Rahm Emanuel et Barack Obama fréquentaient les mêmes cercles politiques à Chicago. Les deux hommes se sont rapprochés lorsque Barack Obama est arrivé à Washington, en 2004, après avoir été élu sénateur.

Rahm Emanuel apportera à Barack Obama sa connaissance du fonctionnement interne du Congrès où il siège depuis 2002. Responsable des investitures du parti de l'Ane pour les législatives, il a été le principal artisan du retour d'une majorité démocrate à la Chambre des Représentants en 2006. «Rahm est le golden boy de son parti, il a su choisir les bons candidats et trouver l'argent», reconnait-on du côté républicain. Un élu prodige qui n'a rien d'un agneau. Décrit comme «hyperactif» et comme le «chien d'attaque du parti», le numéro 4 des démocrates à la Chambre des représentants, qui suivit au lycée des cours de ballet, est redouté pour sa combativité. A Washington, on n'a pas oublié le poisson mort, en voie de décomposition, que Rahm Emmanuel envoya à un sondeur qui l'avait contrarié. «Certains jours, je me déteste en me réveillant», admet lui-même le représentant de l'Illinois.

Son penchant pour l'offensive devrait aider Barack Obama qui a mené une campagne basée sur l'unité nationale, à faire passer ses réformes les plus audacieuses, estiment les spécialistes. John Boehner, chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, a aussitôt dénoncé «un choix ironique pour un président qui a promis de changer Washington et de rendre la politique plus courtoise».

A l'origine de la poignée de main Arafat - Rabin

Rahm Emmanuel connaît bien la Maison-Blanche : il y a travaillé en tant que conseiller politique sous l'administration Clinton, de 1993 à 1998. Le diplômé en communication, qui commença sa carrière, à la fin des années 80, auprès du maire de Chicago, a croisé le chemin de Bill Clinton à la fin 1991. Emanuel devient son collecteur de fond. Terriblement efficace il y gagne le surnom de «Rhambo» -, il récolte la somme record - à l'époque - de 72 millions de dollars. Ce trésor de guerre permet à Bill Clinton de balayer ses adversaires à la primaire démocrate et de survivre aux scandales qui éclatent lors de sa campagne de 1992. «Nous n'aurions jamais rien pu accomplir sans lui», déclara le 42e président américain. A la Maison-Blanche, Rahm Emanuel soigne l'image de son mentor. Il se montre ainsi très directif vis-à-vis de Tony Blair, qui doit tenir une conférence de presse au coté de Bill Clinton, alors empêtré en plein scandale Lewinsky : «ne foirez pas cette apparition, c'est important», lui lance-t-il, comptant redorer avec cette apparition «politique et sérieuse» le blason de Clinton.

A la fin de l'ère Clinton, Rahm Emanuel quitte brièvement la politique et se reconvertit dans la banque. Ses trois ans en tant que manager à la Dresner Kleinwort lui rapporteront plus de 16 millions de dollars. Cet intermède banquier s'achève en 2002 lorsqu'Emanuel se présente à la Chambre des représentants. Ayant siégé quelque temps, au conseil d'administration de l'organisme de prêts Freddie Mac, le parlementaire a toujours refusé de voter toute législation pouvant concerner son ancien employeur.

Rahm Emmanuel est, malgré lui, une figure du petit écran américain : il a inspiré dans la série «A la Maison-Blanche» le personnage de Josh Lyman. Ironiquement son frère, Ari, un célèbre agent de stars de Los Angeles, a lui servi de modèle pour créer Ari Gold, le héros de la comédie «Entourage». Rahm Emanuel est à l'origine d'une des images les plus célèbres de la présidence Clinton. Il a supervisé, jusqu'à la chorégraphie, la poignée de mains historique entre Rabin et Arafat lors de la signature, en 1993, des accords de paix d'Oslo.

«Il influera sur le président pour qu'il soit pro-israélien»

Le Proche-Orient tient une place cruciale dans le cœur du représentant de l'Illinois. Son père, Binyamin Emanuel, un pédiatre, est né en Israël et a émigré avec sa famille aux Etats-Unis dans les années 60. Peu avant la première guerre du Golfe, en 1991, Rahm Emanuel s'est porté volontaire, en tant que mécanicien, auprès d'un bureau de recrutement de Tsahal.Durant deux mois, il a réparé des blindés près de la frontière libanaise. Très pieux, il a tenu à obtenir, lors de l'examen du plan Paulson, une dispense de son rabbin pour pouvoir travailler en pleines fêtes du nouvel an juif de [Rosh Hashana].

Sa nomination a suscité l'enthousiasme de journaux israéliens. Maariv le présente comme «notre homme à la Maison Blanche». «Il va influer sur le président pour qu'il soit pro-israélien. Peut-il laisser sa conscience hors de la Maison-Blanche ?», a affirmé Binyamin Emanuel au quotidien.
http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/2008/11/06/01017-20081106ARTFIG00637-rahm-emanuel-un-chien-d-attaque-au-cote-d-obama-.php



Haut de page Article rédigé par E.Y - Source : lefigaro.fr
0
 

- Histoire d’avenir : métissage et tolérance
Du lundi 11 au dimanche 24 avril, la 4e édition du festival Histoire d’avenir, organisé par l’association Métisse à Nantes et son collectif, reste fidèle à ces principes : “Se regarder en face, dire plus jamais ça, créer un pont entre le passé et l’avenir

- NOUS PLEURONS UN GRAND HOMME
L‘Amitié judéo-noire a appris avec beaucoup d’émotion le décès du Pape Jean Paul II, véritable pèlerin de la Paix.

- MAN TO MAN, de Regis Wargnier,
avec Joseph Fiennes, Kristin Scott Thomas... En 1870, un anthropologue écossais ramène en Europe deux pygmées qui deviendront des bêtes de foire.Pour lui, ils sont le « chaînon manquant » entre le singe et l'homme.

- "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…"
avec la Maison des Citoyens du monde . Du 1er au 24 avril, la Maison des Citoyens du Monde associe pour la 4ème édition de "Regards sur " la Compagnie du Fol Ordinaire pour co-réaliser "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…".

- Jacques Chirac célèbre le «dialogue des cultures»
lefigaro.fr (avec AP) 20 juin 2006, (Rubrique Culture)

- QUI EST RAMA YADE?
Elle est née le 13 décembre 1976 à Dakar au Sénégal, d’un père diplomate, secrétaire particulier du Président de la République sénégalaise, Léopold S. Senghor qui la sensibilise à la politique dès son plus jeune âge, et d’une mère professeur d’histoire.

- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AMITIE JUDEO-NOIRE
L'amitie judeo-noire s'associe a la joie de millions d'hommes et de femmes du fait de l'election cette nuit de Barack Obama a la presidence des Etats-Unis.


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net