Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > A L'AFFICHE
 
A L'AFFICHE  Imprimer   Envoyer par mail
 


5 février 2009 / 06h13
- Colloque sur Martin Luther King et Abraham Heschel: deux grands penseurs, Juif et Noir

"La lutte pour les droits civiques aux USA" Mairie de Paris, Salle des Fêtes, mercredi 4 février, 20h-23h
Ce colloque, organisé par l’Amitié Judéo-Noire, en coopération avec le CRIF, le CRAN, le Bnai Brith, le Capdiv et le Club Millenium, s’est tenu dans la grande salle des fêtes de la Mairie de Paris, sous le Parrainage de Madame Anne Hidalgo, Première Adjointe au Maire de Paris. Trois cent personnes avaient répondu à l’appel.
Dés l’entrée, elles furent accueillies par une magnifique exposition photographique de Frédéric Chiche sur les Juifs d’Ethiopie, souvenir du voyage qu’il avait fait un an auparavant avec l’AUJF. De plus, on pouvait contempler des clichés où Martin Luther King et le rabbin Abraham Heschel étaient côte-à-côte, Heschel portant dans ses bras les rouleaux de la Thora.

D’emblée le ton fut donnée par un vibrant discours de Yamina Benguigui, représentant le Maire de Paris, sur l’urgence du dialogue citoyen entre les différentes communautés, afin d’éviter les tensions et clivages au sein de notre société. Puis, la relation entre Luther King et Heschel fut présentée sous différents éclairages :
- littéraire et philosophique, par le Pr américain Edward K. Kaplan,
- historique, par le Pr André Kaspi, professeur émérite à la Sorbonne,
- religieux, par le rabbin Rivon Krygier, du mouvement massorti,
- Socioculturel et citoyen, par Marie-Roger Biloa, rédactrice en chef du journal Africa International. Elle insista notamment sur tous les pays où des hommes et femmes juifs se sont dressés pour mettre fin au racisme et aux brimades à l’encontre des Noirs, tant aux Etats-Unis, avec Heschel qu’en Afrique du Sud avec Johnny Clegg.

Madame George-Pau Langevin, député de Paris, prononça ensuite une allocution très émouvante, insistant notamment sur la nécessité d'une lutte en commun contre les extrémismes de tous bords et de toutes les religions et couleurs.

Mais la partie la plus émouvante de la soirée fut lorsque le Rabbin juif noir Capers Funnye, Chef de la Communauté juive éthiopienne de Beth Shalom Bnai Zaken à Chicago, cousin germain de Michelle Obama, prit la parole. Son ton digne et son évocation du rôle majeur du Pasteur King dans la prise de conscience des Noirs d’Amérique qu’il leur fallait désormais lutter pacifiquement, mais sans concessions pour faire respecter leurs droits civiques. Il avait presque les larmes aux yeux, lorsqu’il nous lut les derniers mots de King, la veille de son assassinat :
« Nous devons affronter des temps difficiles. Mais ce n’est pas important pour moi maintenant. Parce que j’ai été sur le sommet de la montagne. Comme tout le monde, je voudrais vivre une longue vie. J’aurais le droit de vivre longtemps. Mais je n’y pense pas maintenant. Je voudrais juste suivre la volonté de Dieu. Et il m’a permis de monter sur la montagne. J’ai aperçu la Terre Promise. Mais je n’y entrerai pas avec vous. Mais je veux que vous sachiez ce soir que nous, en tant que peuple, nous entrerons dans la Terre Promise. »
Son vœu et son rêve « I have a dream », partagés par le rabbin Heschel, deviendront réalité quelques cinquante ans plus tard, avec l’élection de Barack Obama.

Les derniers orateurs, plus politiques, furent également très applaudis. Le Président du CRAN, Patrick Lozes, dénonça ceux qui profitent des planches d’un théâtre pour déclamer leur antisémitisme, ou encore ceux qui défilent rue des Rosiers de façon provocatrice. Selon lui, la main tendue et le dialogue sont bien préférable, d’autant que les racistes anti-Noirs et les antisémites sont bien souvent les mêmes personnes. Le Président du CRIF, Richard Prasquier insista lui surtout sur l’ouverture d’esprit et la clairvoyance de Luther King, qui avait un discours si prophétique lorsqu’il disait :
"... Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les Juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent Juifs, et ceci est la vérité même de Dieu.

" L'antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l'âme de l'humanité. Nous sommes pleinement d'accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi.

Pourquoi en est-il ainsi? Tu sais que le Sionisme n'est rien moins que le rêve et l'idéal du peuple juif de retourner vivre sur sa propre terre. Le peuple juif, nous disent les Ecritures, vécut en union florissante sur la Terre Sainte, sa patrie. Ils en furent expulsés par le tyran de Rome, les mêmes Romains qui assassinèrent si cruellement Notre Seigneur. Chassé de sa patrie, sa nation en cendres, le peuple juif fut forcé d'errer sur le globe. Encore et encore, le peuple juif souffrit aux mains de chaque tyran qui vint à régner sur lui.

"Le peuple noir, sait, mon ami, ce que signifie souffrir les tourments de la tyrannie, sous un joug que l'on n'a pas choisi. Nos frères en Afrique ont supplié, plaidé, demandé, EXIGE la reconnaissance et la réalisation de leur droit naturel de vivre en paix sous leur propre souveraineté, dans leur propre pays.

Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l'humanité, il devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du Peuple Juif à vivre sur l'antique Terre d'Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de dieu, que son Peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C'est cela le Sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu'est l'antisionisme ? C'est le déni au peuple juif d'un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d'Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre. C'est de la discrimination envers les Juifs, mon ami, parce qu'ils sont Juifs. En un mot, c'est de l'antisémitisme.

L'antisémite se réjouit de chaque occasion qui lui est donnée d'exprimer sa malveillance. L'époque a rendu impopulaire, à l'Ouest, de proclamer ouvertement sa haine des Juifs. Ceci étant le cas, l'antisémite doit à chaque fois inventer de nouvelles formes et de nouveaux forums pour son poison. Combien il doit se réjouir de la nouvelle mascarade! Il ne hait pas les Juifs, il est seulement antisioniste.

Mon ami, je ne t'accuse pas d'antisémitisme délibéré. Je sais que tu ressens, comme je le fais, un profond amour pour la vérité et la justice, et une révulsion envers le racisme, les préjugés, la discrimination. Mais je sais que tu as été trompé, comme d'autres l'ont été, en te faisant croire que tu pouvais être antisioniste tout en restant fidèle aux principes que nous partageons toi et moi du fond du coeur. Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme : quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les Juifs. "

La soirée fut clôturée par le Président de l’Amitié Judéo-noire, qui termina sur une note d’humour: qui aurait pu penser que lui, Cheik Doukouré, Président de l’Amitié judéo-Noire, musulman français d’origine guinéenne, de la tribu des Bani Israel, deviendrait l’un des principaux moteurs du dialogue entre Juifs et Noirs?





Haut de page Article rédigé par E.Y - Source : Amitie Judeo-Noire
0
 

- Histoire d’avenir : métissage et tolérance
Du lundi 11 au dimanche 24 avril, la 4e édition du festival Histoire d’avenir, organisé par l’association Métisse à Nantes et son collectif, reste fidèle à ces principes : “Se regarder en face, dire plus jamais ça, créer un pont entre le passé et l’avenir

- NOUS PLEURONS UN GRAND HOMME
L‘Amitié judéo-noire a appris avec beaucoup d’émotion le décès du Pape Jean Paul II, véritable pèlerin de la Paix.

- MAN TO MAN, de Regis Wargnier,
avec Joseph Fiennes, Kristin Scott Thomas... En 1870, un anthropologue écossais ramène en Europe deux pygmées qui deviendront des bêtes de foire.Pour lui, ils sont le « chaînon manquant » entre le singe et l'homme.

- "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…"
avec la Maison des Citoyens du monde . Du 1er au 24 avril, la Maison des Citoyens du Monde associe pour la 4ème édition de "Regards sur " la Compagnie du Fol Ordinaire pour co-réaliser "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…".

- Jacques Chirac célèbre le «dialogue des cultures»
lefigaro.fr (avec AP) 20 juin 2006, (Rubrique Culture)

- QUI EST RAMA YADE?
Elle est née le 13 décembre 1976 à Dakar au Sénégal, d’un père diplomate, secrétaire particulier du Président de la République sénégalaise, Léopold S. Senghor qui la sensibilise à la politique dès son plus jeune âge, et d’une mère professeur d’histoire.

- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AMITIE JUDEO-NOIRE
L'amitie judeo-noire s'associe a la joie de millions d'hommes et de femmes du fait de l'election cette nuit de Barack Obama a la presidence des Etats-Unis.


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net