Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


5 septembre 2009 / 15h01
- Va à l’école, Vis et Deviens

En effet, en 1921, le rav Kook, grand rabbin de Palestine, les avait reconnus comme juifs avant qu'ils ne le soient officiellement en 1973-1975 par l'Etat Hébreu. Malgré cette reconnaissance étatique, l'...

Va à l’école, Vis et Deviens

Par Jeff Bellaiche pour Guysen International News
Vendredi 4 septembre 2009 à 00:30

La situation bloquée à Petah Tikva sur la question de la scolarisation des enfants éthiopiens, s'est dénouée aujourd'hui. Ces difficultés ont révélé les failles de l'administration et les entraves à l'intégration des Juifs d’Ethiopie."Pourquoi amener un cartable si nous n'avons pas cours?" S'interroge un enfant éthiopien qui, comme les trente-cinq autres, n'était toujours pas inscrit à l'école mercredi. Cette situation qui dure à Petah Tikva depuis plusieurs semaines parait inacceptable pour les enfants et leurs parents qui se trouvent dans l'expectative.

L'école ultra-orthodoxe Shuvu a réclamé aux parents des élèves les certificats de conversion d'au moins cinq enfants d'origine éthiopienne. Cette demande a relancé un débat pourtant clos depuis longtemps : la question de la judaïté des éthiopiens.
En effet, en 1921, le rav Kook, grand rabbin de Palestine, les avait reconnus comme juifs avant qu'ils ne le soient officiellement en 1973-1975 par l'Etat Hébreu. Malgré cette reconnaissance étatique, l'acceptation de leur judaïté a fait l'objet de nombreux obstacles notamment en 1984 au cours de l'opération Moise.

Cet événement est mis en scène dans le film ’’Va, Vis, et Deviens’’, de Radu Mihaileanu. Un épisode en particulier a fait polémique : les autorités rabbiniques avaient convoqué les enfants éthiopiens afin de les circoncire alors qu'on leur avait promis la reconnaissance totale de leur judaïté. Après tant de difficultés pour s'intégrer, les Juifs d’Ethipoie doivent encore se confronter à l'hostilité d'une partie du monde ultra-orthodoxe concernant leur identité juive.

Face à l'attitude de Shuvu, les parents d'enfants éthiopiens se sont montré indignés, la mère d'un des petits a d'ailleurs souligné le caractère illégitime voire aberrant des réclamations de l'école ultra-orthodoxe: "Je vis ici depuis 26 ans, tous mes enfants sont nés en Israël, nous sommes tous juifs. Pourquoi tout d'un coup nous demande-t-on un certificat?" Les enfants se sentent clairement rejetés : "Ils ne veulent pas de nous à l'école"…
La politique de Shuvu suscite auprès des parents une réelle incompréhension : " Pourquoi nos pauvres enfants doivent souffrir de la sorte? Cela me dégoute." Certains parents se sentent même victime d'une discrimination: "Ont-ils peur que notre couleur rejaillissent sur eux?" ironise amèrement une mère scandalisée.

Afin de calmer le jeu et de ne pas envenimer une situation déjà compliquée le ministre de l'Education est intervenu dans cette affaire et a jugé la demande de Shuvu inacceptable. Cela dit, les enfants n'étaient toujours pas scolarisés et le manque d'efficacité des administrations commençait à devenir pesant. D'autant plus que cette situation avait également des répercussions sur les parents qui ne pouvaient pas aller travailler.

Dans une atmosphère tendue et confuse, les responsables du ministère de l'Education ont annoncé qu'une solution, qui ne concerne que les enfants arrivés récemment à Petah Tikva, avait été trouvée lundi. Force est de constater le paradoxe: ceux qui ont vécu dans cette ville pendant des années, scolarisés depuis la maternelle, n'ont pas été inclus dans le calcul des "quotas" répartis entre les différentes écoles. Les 36 enfants d’origine éthiopienne, enregistrés nulle part, ont donc été "découverts" soudainement.
Mercredi, le comité des parents de l'école publique religieuse blâmait la municipalité de Petah Tikva : " Le maire ment sciemment au public [sur le nombre d'élèves qui seront inscrits], tout comme il a menti au ministre de l'Education’’.
La municipalité, qui se retrouve au pied du mur, s'est défendue en jugeant ces accusations diffamatoires.

Après tant de tumultes, le dénouement de cet épisode semble proche. Jeudi 3 septembre, les choses sont effectivement rentrées dans l'ordre. La municipalité de Petah Tikva a annoncé que les enfants éthiopiens ont pu enfin commencer l'année scolaire. Ce problème n'est toutefois réglé que temporairement puisque l'arrivée de 50 nouveaux élèves éthiopiens est prévue dans les mois qui viennent.

Les autorités municipales doivent tirer les leçons de cette mésaventure, en anticipant les arrivées prochaines, si toutefois elle veut gagner en crédibilité, ou tout simplement ne pas perdre définitivement la face.

L'administration de Petah Tikva devra assumer ses fonctions en scolarisant les futurs immigrants éthiopiens. A suivre, donc.



Haut de page Article rédigé par M.t - Source : Guysen International News
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net