Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > A L'AFFICHE
 
A L'AFFICHE  Imprimer   Envoyer par mail
 


8 novembre 2010 / 21h54
- « La fanfare de Bangui » de Simha Arom

« Juif né en Allemagne, formé au Conservatoire national de Paris », Simha Arom est en 1963 corniste de l’orchestre symphonique de la radio israélienne.
Pour rompre la monotonie de son travail et par curiosité, il accepte la proposition du ministère israélien des Affaires étrangères de former en un an une fanfare en République centrafricaine. L’Etat d’Israël nouait des coopérations technologiques, militaires et culturelles très intenses en Afrique

S’il ne crée pas cette fanfare - deux existaient déjà -, il fonde une chorale de jeunes en valorisant les chants traditionnels des ethnies centrafricaines. Fort de ce succès, il propose au président Dacko de recueillir le patrimoine musical du pays et de créer un musée des Arts et traditions populaires (musée national Boganda). Ce qu’accepte le chef de l’Etat.

Equipé d’un Nagra auquel s’ajoutera un synthétiseur, aidé d’un interprète, Simha Arom se rend dans les villages en pleine forêt où vivent les Pygmées. Enregistre les sons. Décrit et retranscrit des chants. Acquiert des instruments. Recueille les témoignages sur les usages et mythes associés. Se montre respectueux des Africains.

Au fil de rencontres et de hasards, ce musicien élabore et peaufine une méthode scientifique de travail et analyse des systèmes musicaux. Admiratif de la beauté et de la richesse des musiques des Pygmées, bouleversé et « ahuri » par leur complexité, il parvient à en décrypter la polyphonie vocale si élaborée, si différente de la musique occidentale par sa métrique, son rythme. Il érige en domaine d’étude respectable ces airs très savants interprétables avec beaucoup de variétés.

Devenu un ethnomusicologue de réputation mondiale, ce directeur de recherches émérite au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et récipiendaire de nombreux prix a protégé ce patrimoine musical traditionnel africain qu’il a fait connaître dans le monde entier par ses livres et films, puis dans des festivals prestigieux.

Dans son livre, Simha Arom communique son émerveillement pour l’ingéniosité humaine et transmet son savoir avec clarté.

Simha Arom, La fanfare de Bangui, Itinéraire enchanté d\'un ethnomusicologue. Ed. La Découverte, coll. Les Empêcheurs de penser en rond, 2009. 210 pages, 13 euros. ISBN : 9782707157225

Cet article a été publié en une version plus concise dans le n° 614-615, juillet-août 2009, de L’Arche.


Publié par Veronique Chemla le 11/08/2009 1




Haut de page Article rédigé par .A - Source : La Decouverte
 

- Histoire d’avenir : métissage et tolérance
Du lundi 11 au dimanche 24 avril, la 4e édition du festival Histoire d’avenir, organisé par l’association Métisse à Nantes et son collectif, reste fidèle à ces principes : “Se regarder en face, dire plus jamais ça, créer un pont entre le passé et l’avenir

- NOUS PLEURONS UN GRAND HOMME
L‘Amitié judéo-noire a appris avec beaucoup d’émotion le décès du Pape Jean Paul II, véritable pèlerin de la Paix.

- MAN TO MAN, de Regis Wargnier,
avec Joseph Fiennes, Kristin Scott Thomas... En 1870, un anthropologue écossais ramène en Europe deux pygmées qui deviendront des bêtes de foire.Pour lui, ils sont le « chaînon manquant » entre le singe et l'homme.

- "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…"
avec la Maison des Citoyens du monde . Du 1er au 24 avril, la Maison des Citoyens du Monde associe pour la 4ème édition de "Regards sur " la Compagnie du Fol Ordinaire pour co-réaliser "Afrique de l’Ouest regards sur… et paroles de…".

- Jacques Chirac célèbre le «dialogue des cultures»
lefigaro.fr (avec AP) 20 juin 2006, (Rubrique Culture)

- QUI EST RAMA YADE?
Elle est née le 13 décembre 1976 à Dakar au Sénégal, d’un père diplomate, secrétaire particulier du Président de la République sénégalaise, Léopold S. Senghor qui la sensibilise à la politique dès son plus jeune âge, et d’une mère professeur d’histoire.

- COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'AMITIE JUDEO-NOIRE
L'amitie judeo-noire s'associe a la joie de millions d'hommes et de femmes du fait de l'election cette nuit de Barack Obama a la presidence des Etats-Unis.


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net