Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


26 juin 2011 / 17h03
- Aborigène et présidente de sa communauté juive orthodoxe

Lisa Jackson Pulver n’est pas une juive “normale” en Australie. Si elle est l’une des 110.000 israélite elle est aussi membre d’un clan autochtone appelés les Wiradjuri. C’est une aborigène.
Et Jackson Pulver explique ne pas être la seule aborigène juive du continent.

“Le premier Juif est venu ici sur la première flotte en 1788, et depuis lors, les Juifs se sont mariés avec les Aborigènes parce que les femmes blanches étaient racistes et ne voulaient pas d’eux”, a déclaré Jackson Pulver. «Il y a une énorme communauté de Cohen qui vivent dans les tribus aborigènes” affirme t-elle à la presse locale.

La jeune femme, qui est également la première autochtone à obtenir un doctorat en médecine de l’Université de Sydney, vient également d’être déclaré directrice de l’Unité sanitaire à l’Université de New South Wales à Sydney. La semaine dernière, elle a reçue l’Ordre d’Australie, l’un des plus grands honneurs du pays. La citation sur son Ordre de l’Australie salue sa “contribution à l’éducation médicale et son soutien aux possibilités éducatives pour les Australiens autochtones.”

Et l’an dernier, Jackson Pulver a été élue présidente de sa synagogue orthodoxe de Newtown, Sydney – une fois de plus, la première à occuper un tel poste!

Jackson Pulver, qui a terminé sa conversion au judaïsme orthodoxe en 2004, dit que les Juifs et les Aborigènes ont beaucoup en commun. “Il existe une relation naturelle entre mes spiritualité autochtone et ma religion juive”, a déclaré Jackson Pulver, dont le nom est en hébreu Elisheva bat Sarah. «Les choses qui nous rassemblent sont notre histoire de dépossession, un sens profond de la famille, la communauté et le tribalisme, et un sens profond de ce qui est mauvais et de ce qui est juste.”

Elle dit: «Je garde ma maison casher, et je fais mes propres challah chaque vendredi. Je participe à des pratiques culturelles et spirituelles de mes grands-mères »[autochtones]».

Jackson Pulver, qui a aussi des racines écossaises et galloises, est l’une des nombreuse juives et Aborigènes qui ont été à la base de la construction de ponts entre les deux communautés depuis des années.

En 1938, William Cooper, un ancien de la Yorta Yorta – Australiens autochtones – qui avait créé une pétition et l’avait remis au consulat allemand à Melbourne pour faire cesser la persécution nazie des juifs. Cooper a récemment été honoré à titre posthume par le Mémorial Yad Vashem et le musée de Jérusalem.

Dans les années 1960, James Spigelman, juif de New South Wales, a conduit le Bus de la Liberté pour défendre les droits des Autochtones, qui faisaient face à des inégalités et à la discrimination.

Dans les années 1990, avocat juif Ron Castan a gagné un procès historique qui a renversé la notion juridique de “terre sans homme”, ou “terra nullius”, que les gouvernements australiens ont utilisé pour nier les droits fonciers indigènes Australiens.

Aujourd’hui, Jackson Pulver est admirée à la fois dans les communautés juives et autochtones.

Amos Lerah – JSSNews


Haut de page Article rédigé par .A - Source : JSSnews
0
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net