Le sommaire  
 
Juifs et Noirs minoritaires en Occident
Convergences Juifs-Noirs
Traces juives en Afrique
Les Juifs Noirs
Les Hebreux Noirs
A L'AFFICHE
Peuples en esclavage
Génocides juifs/génocides noirs
Immigrations juives/immigrations noires
colonisation et peuples colonisés, expatriés
Les grands hommes Africains, Antillais et Juifs anti-racistes
 

  La Newsletter  
  Pour recevoir
régulièrement
nos news
 

  Le Courrier  
 
>Voir 
 

  Les Liens  
 
>Voir 
 


  Accueil > Juifs et Noirs minoritaires en Occident
 
JUIFS ET NOIRS MINORITAIRES EN OCCIDENT  Imprimer   Envoyer par mail
 


16 juillet 2014 / 10h01
- Lancement de la Fondation franco-africaine pour la croissance

Le Point.fr - Publié le 16/07/2014
Cette fondation marque la volonté de la mise en place d\'un réseau d\'entreprises pour des échanges optimums entre la France et l\'Afrique.

Lionel Zinsou a corédigé avec Hubert Védrine, Tidjane Thiam, Jean-Michel Severino et Hakim El Karoui le rapport \"Un partenariat pour l\'avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l\'Afrique et la France\" (décembre 2013).

Le cadre était solennel et les participants, prestigieux. À Bercy, au ministère des Finances et de l\'Économie, des entrepreneurs, des financiers, des acteurs des secteurs numérique et audiovisuel, des scientifiques ont lancé ce mardi la Fondation franco-africaine pour la croissance. Désormais, les relations entre la France et les pays africains se veulent teintées de pragmatisme et d\'efficacité face à la concurrence internationale de plus en plus exacerbée.

Le résultat d\'une prise de conscience
\"L\'Afrique est un continent convoité\", a dit le ministre français des Finances, Michel Sapin. \"La Chine, notamment, cherche depuis plusieurs années à s\'y placer en première ligne, pour répondre à la demande d\'une classe moyenne qui représentera dans les prochaines années entre 300 et 500 millions de consommateurs\", a-t-il ajouté devant quelque 120 participants. \"Au cours de la dernière décennie, la France n\'a, elle, pas toujours perçu les signaux d\'émergence de l\'Afrique et elle a laissé, à ses dépens, sa part de marché se dégrader significativement\", a-t-il par ailleurs déploré.

Annoncée en décembre lors d\'un forum économique organisé par le ministère de l\'Économie et le patronat français, le Medef, avant le sommet franco-africain à l\'Élysée, \"cette fondation ne doit pas être une institution supplémentaire, mais un réseau social des entreprises et de leurs contreparties dans la sphère publique et associative\", si l\'on en croit ses créateurs.

\"La France ne dispose pas de fondations aussi puissantes que les fondations anglo-saxonnes (Gates, Clinton), qui jouent un rôle essentiel dans le rayonnement et la dynamique de liens d\'affaires\", avaient fait remarquer en décembre les auteurs de 15 propositions concrètes pour relancer les relations économiques franco-africaines. Parmi eux, l\'ex-ministre français des Affaires étrangères Hubert Védrine, le banquier d\'affaires franco-béninois Lionel Zinsou et le dirigeant d\'entreprise franco-ivoirien Tidjane Thiam. En revanche, \"les fondations politiques allemandes sont très présentes en Afrique\", notaient-ils. \"Celles-ci ont en effet en partie conduit aux liens privilégiés de l\'Allemagne avec l\'Afrique du Sud au niveau tant politique qu\'économique\", ont-ils poursuivi. Et le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius de s\'interroger : \"Comment peut-on avoir attendu aussi longtemps avant de lancer cette fondation ?\" Autre conséquence de la nouvelle prise de conscience : la fondation a pour vocation de créer des partenariats avec toute l\'Afrique, anglophone, arabophone, francophone et lusophone. Une prime est accordée au secteur privé, considéré comme le \"moteur de la croissance\".

Une nouvelle donne à prendre en compte
Se disant \"très heureuse que le secteur privé ait été placé au centre de cette fondation\", la ministre des Finances du Nigeria, l\'un des pays les plus dynamiques d\'Afrique, Ngozi Okonjo-Iweala, a estimé dans un message vidéo qu\'il était \"grand temps que la France monte sur le bateau\" de la croissance africaine, de plus de 5 % en moyenne sur la dernière décennie.
\"Les jeunes Africains ont changé par rapport à notre génération et il est important que les entreprises françaises, si elles veulent réussir en Afrique, aient des partenaires investisseurs locaux\", a déclaré le président de la Fédération des organisations patronales de l\'Afrique de l\'Ouest, Jean Kacou Diagou. \"Ils n\'attendent plus les entreprises françaises : ils vont avec les Asiatiques, les Canadiens, les Américains, les Marocains. Je dirais qu\'ils sont décolonisés de l\'esprit, a-t-il souri, il faut donc les reconquérir et, pour cela, créer des joint-ventures avec eux et non plus des filiales à 100 %\", a-t-il ajouté, conseillant aux groupes français de \"ne pas seulement exporter des Français dirigeants alors qu\'ils peuvent en trouver sur place\".
Pour maintenir les élites en Afrique, \"un sujet important, c\'est de développer un écosystème local pour permettre aux gens de faire des allers et retours, mais de ne pas se sentir exclus s\'ils partent de leur pays\", a indiqué le mathématicien Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields, équivalent du prix Nobel, qui est impliqué dans le développement de l\'enseignement supérieur en Afrique au travers de la Banque mondiale, de l\'African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) ou de la Fondation Simons, basée à New York.
Autant d\'éléments qui illustrent le fait qu\'un nouveau sillon est creusé pour un échange gagnant-gagnant entre la France et les pays africains.
http://www.lepoint.fr/afrique/economie/lancement-de-la-fondation-franco-africaine-pour-la-croissance-16-07-2014-1846556_2033.php



Haut de page Article rédigé par .A - Source : www.lepoint.fr
 

- Fictions : une télé en blanc et blanc
Hormis quelques têtes d’affiche, les minorités visibles restent absentes des fictions françaises. Les rôles sont comptés, le ton est rarement juste. Enquête. Véronique Groussard Teleobs 23-04-05

- La Charte de la Diversité
Début 2004, dans son rapport « Les oubliés de l’égalité des chances »(1), l’Institut Montaigne lançait l’idée d’une Charte de la diversité pour encourager les entreprises à refléter dans leur effectif les diverses composantes de la société française, et à

- A Londres, le Parti travailliste risque de perdre un fief électoral en raison de la guerre en Irak
Londres, Jean-Pierre Langellier, LE MONDE, 03.05.05 Fille d'un Afro-Américain et d'une Britannique, Oona King, 37 ans, est noire et juive.

- Les grandes entreprises s'engagent contre les discriminations
Quarante grands groupes en France ont signé la "charte de la diversité" pour défendre les minorités, et notamment les personnes issues de l'immigration, au sein du monde professionnel. Réponses concrètes autour de la mi-novembre.

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne

- Les oubliés de l’égalité des chances, Participation, pluralité, assimilation... ou repli ?
Contribution de Yazid Sabeg et Laurence Méhaignerie Janvier 2004 Institut Montaigne


© Amitiejudeonoire.com 2005 - Design Dialect'Image - Réalisation Inov@net